Andropause0

Les troubles de l’homme vieillissant

Par Diane Brouillette , M.A., sexologue clinicienne et psychothérapeute , Québec, Canad – Marie Christine Courchesne, M.A., Sexologue clinicienne et psychothérapeute.

Je me sens fatigué, je dors mal, j’ai chaud la nuit. Et, en plus, j’ai des troubles sexuels! Ménopause et andropause, pas si différents finalement !

La testostérone est l’hormone responsable de la gravité de la voix, de la masse musculaire, de la barbe et du système pileux propre à l’homme.

Avec l’âge, le taux de testostérone dans l’organisme et la production des spermatozoïdes diminuent graduellement, et cette baisse entraîne des symptômes physiques et psychologiques. Ce phénomène fait partie du processus normal de vieillissement ; après 30 ans, la diminution du taux de testostérone est évaluée à environ 10 % par décennie

L’andropause est un trouble associé à la diminution de l’hormone masculine appelée testostérone.

Elle diffère de la ménopause, car la diminution de la testostérone et l’apparition des symptômes sont plus graduelles que chez la femme. Environ 30 % des hommes dans la cinquantaine présenteront des symptômes d’andropause causés par une baisse du taux de testostérone. Il est possible qu’un homme andropausé manifeste certains symptômes associés au trouble et en l’absence de traitement approprié, il risque d’éprouver des problèmes de santé plus graves, comme l’ostéoporose.

La baisse de testostérone (que le corps ne cesse jamais de produire) se traduit par un désir sexuel moins pressant et moins fréquent. L’érection est plus lente à provoquer, et à maintenir, et nécessite souvent une stimulation pénienne plus directe et plus intense. Les érections nocturnes sont moins fréquentes. La force de l’éjaculation s’atténue et le plaisir ressenti est moins intense. L’intervalle de temps entre les éjaculations s’allonge de 8 à 48 heures.

En plus de la baisse d’énergie et de sentiment de bien-être, on observe, à l’andropause, une certaine atteinte de la masse osseuse, des muscles, du profil lipidique et de la fonction cognitive.

Ainsi, bien que les symptômes varient parfois d’une personne à l’autre, les symptômes habituels des hommes qui traversent l’andropause sont les suivants :

  • une diminution de l’appétit sexuel ;
  • des difficultés à obtenir une érection ou une réduction de la force des érections ;
  • une perte d’énergie ;
  • une dépression ;
  • de l’irritabilité et des sautes d’humeur ;
  • une perte de la force ou de la masse musculaire ;
  • une augmentation du tissu adipeux ;
  • des bouffées de chaleur.

Les complications associées à l’andropause incluent l’augmentation du risque de maladies cardiovasculaires et l’ostéoporose (os fragiles).

 

Difficultés sexuelles et anxiété

Aux difficultés sexuelles découlant de l’andropause peuvent s’ajouter celles qui sont reliées à la maladie et à la prise de médicaments, plus fréquente à cet âge. Les difficultés sexuelles génèrent fréquemment l’anxiété de performance et la peur de l’échec qui compliquent encore la situation. L’homme en andropause vit souvent avec une partenaire qui, elle, traverse la ménopause avec son lot de difficultés sexuelles.

 

Andropause: traitements pour retrouver son plaisir sexuel

Il existe des traitements de remplacement de la testostérone, sous différentes formes: gel, timbre, injection ou comprimé. Ce traitement améliore le bien-être et amène un soulagement des symptômes chez environ trois hommes sur quatre. Selon les données de recherche existantes, il est peu probable que le traitement à long terme favorise le développement du cancer de la prostate, mais il peut stimuler la croissance d’un cancer déjà existant.

Une thérapie de remplacement de la testostérone dans le sang est le traitement le plus fréquemment administré aux hommes qui traversent l’andropause.

Ce traitement est susceptible de procurer un soulagement des symptômes et d’améliorer, dans bien des cas, la qualité de vie. Des changements de style de vie comme une augmentation de la quantité d’exercices pratiqués, la réduction du stress et une bonne alimentation s’avèrent aussi efficaces. Votre médecin vous aidera à décider si un traitement à base de testostérone est approprié à votre situation, car il y a des risques associés au traitement.

La testostérone est offerte en divers modes de préparation incluant les timbres transdermiques, les capsules, les gels et les injections.

Votre médecin vous aidera à choisir le traitement le mieux approprié pour vous, tout en tenant compte de votre style de vie.

Il importe d’être suivi par le médecin après le début du traitement. Au cours de ce suivi, il vérifiera votre réaction au traitement et fera les ajustements nécessaires, le cas échéant.

Les timbres transdermiques : les personnes qui portent un timbre contenant de la testostérone absorbent l’hormone par la peau. Le timbre assure la libération lente et régulière de l’hormone dans le courant sanguin. Il suffit de l’appliquer une fois par jour sur une surface sèche du dos, de l’abdomen, des bras ou des cuisses.

Le gel de testostérone : ce traitement est aussi appliqué directement sur la peau, habituellement sur les bras. Comme le gel peut être transmis à d’autres individus par contact de la peau, il faut prendre soin de se laver les mains après chaque application.

Les capsules : prises deux fois par jour, après les repas, les capsules sont une autre forme de thérapie de remplacement de la testostérone. Les hommes qui souffrent de maladies du foie, de dysfonctionnement du foie, de maladies graves du cœur ou des reins, ou d’un taux trop élevé de calcium dans le sang devraient éviter la testostérone en capsules.

Les injections de testostérone : ce traitement consiste en des injections de testostérone dans un muscle, toutes les 3 à 4 semaines. Elles occasionnent parfois des sautes d’humeur causées par les changements de taux de testostérone. Les hommes qui souffrent de maladies graves du cœur ou des reins, ou d’un taux trop élevé de calcium dans le sang, devraient éviter la cypionate testostérone. Les hommes affectés d’une maladie grave du rein devraient éviter l’énanthate de testostérone.

Les hommes qui sont atteints du cancer de la prostate ou du sein ne doivent pas prendre de testostérone. Si vous êtes atteint d’une maladie cardiaque, si vous prenez des médicaments du type anticoagulants (médicaments pour éclaircir le sang) ou si votre prostate est d’un volume plus grand que normal, vous devez demander à votre médecin si un traitement de testostérone est approprié pour vous. Il en va de même si vous êtes atteint de maladie hépatique ou rénale.
Pourvu qu’il ait la santé, un homme à l’âge de l’andropause peut continuer à prendre plaisir aux rapports sexuels. Moins pressés d’arriver à l’orgasme et avec plus d’expérience, sa partenaire et lui bénéficient souvent de jeux amoureux plus imaginatifs et satisfaisants.

Sources :

Bain, J. Mechanisms in Andropause, Mechanisms in Medecine Inc., Canada, 2003.

Suggestions

Association de médecine sexuelle du Québec

Réseau de médecine sexuelle du Québec