sante&art1&2011-09-25img1

Tout savoir sur : La Discopathie dégénérative

La colonne vertébrale est formée de 33 vertèbres qui protègent la moelle épinière et assurent la stabilité du torse. Entre chaque vertèbre se trouve un paquet fibreux de tissu appelé disque intervertébral, qui fait office de coussinet pour la colonne vertébrale et amortit les chocs et la pression associés aux mouvements quotidiens.

Un disque intervertébral comprend deux régions distinctes. La région externe ferme, appelée anneau fibreux (cad la partie annulaire fibreuse externe d’un disque intervertébral), conserve la forme du disque intervertébral. La partie interne, appelée noyau gélatineux, est le tissu mou et spongieux qui permet au disque de fonctionner comme un absorbeur de choc.

Au fil du temps, le processus de vieillissement normal entraîne la dégénérescence des disques intervertébraux, diminuant leur teneur en eau et réduisant de ce fait leur aptitude à absorber correctement l’impact associé aux mouvements vertébraux.

Une pression excessive, une contrainte ou une lésion sur un disque rigide peut entraîner un déchirement ou une formation d’une protubérance. La dégénérescence de la taille et de la fonction d’un disque va de plus en plus rapprocher les vertèbres adjacentes, entraînant éventuellement un contact et la compression d’une racine nerveuse rachidienne.

Un contact sur le nerf peut entraîner une lombalgie (cad  une zone douloureuse due à un problème de la colonne lombaire. Une rupture discale peut être à l’origine de cette douleur) intermittente, une douleur des jambes, un engourdissement ou fourmillement dans les fesses, selon le degré du contact.

Diagnostic

Le diagnostic d’une discopathie dégénérative commence par un examen physique complet du patient, une attention particulière étant accordée au dos et aux membres inférieurs. Votre chiropraticien examinera votre dos afin de déterminer sa souplesse, son étendue de mouvement et la présence éventuelle de certains signes suggérant que les racines nerveuses de votre colonne vertébrale sont affectées par les altérations dégénératives apparues dans votre dos.

Ce diagnostic implique souvent de tester la force de vos muscles et vos réflexes, et de s’assurer que ceux-ci sont encore corrects. Votre chiropraticien vous demandera fréquemment de renseigner un diagramme indiquant l’emplacement de vos symptômes tels les douleurs, sensations d’engourdissement, picotements ou sensations de faiblesse. 

Un examen radiographique de routine est également généralement prescrit lorsqu’un patient souffrant de lombalgies consulte son médecin. En cas de discopathie dégénérative, les radiographies révéleront fréquemment un rétrécissement des espaces séparant les corps vertébraux, indiquant que le disque est devenu très fin ou qu’il s’est affaissé sur lui-même. Des becs de perroquets commencent à se former autour des bords des corps vertébraux, et également autour des bords des facettes vertébrales lombaires. Ces éperons osseux sont visibles aux radiographies conventionnelles ; on les appelle des ostéophytes . Au fur et à mesure que le disque s’affaisse et que des becs de perroquets se forment, la place disponible pour les racines nerveuses commence à se réduire.

Les racines nerveuses quittent le canal vertébral en trave rsant un tunnel osseux appelé le trou de conjugaison , et c’est à cet endroit qu’elles sont particulièrement vulnérables à la compression. 
Dans certains cas de figure, le chiropraticien prescrira un IRM ou un examen tomodensitométrique afin d’évaluer de manière plus complète l’étendue des altérations dégénératives intervenues dans la colonne vertébrale , en particulier s’il existe un déficit de la racine coincée dans le trou de conjugaison . Un IRM est très utile pour déterminer l’emplacement des sténoses et les endroits auxquels les racines nerveuses subissent une compression. Un scanner sert souvent à évaluer l’anatomie osseuse de la colonne, ce qui permet de visualiser la place disponible pour les racines nerveuses ainsi que l’espace à l’intérieur du trou de conjugaison et du canal vertébral.

Traitement

Votre chiropraticien vous expliquera d’abord la signification de votre diagnostic en termes d’options de traitements disponibles. Pour la plupart des personnes souffrant d’une faiblesse musculaire mais ne présentant pas de signes majeurs de compression nerveuse, la première ligne de thérapie comprend un programme de décompression discale sur table spécifique et un traitement anti-inflammatoire complémentaire. Des exercices thérapeutiques d’ouverture vertébrale (gymnastique en cyphose) complèteront les techniques précédentes .

Une contention lombaire souple sera fréquemment prescrit en phase inflammatoire afin de laisser au dos une chance de se reposer.

La chirurgie ou l’intervention chirurgicale (voir VIDEO) ne sera proposée qu’en cas d’incapacité du programme de chiropratique et de rééducation , du repos et du traitement médical à soulager, à moyen terme, les symptômes de douleur, d’engourdissement et de faiblesse. 

Voir aussi pour plus d’info :

[PDF] La discopathie inflammatoire ou discopathie dégénérative rapide