honey-text455

Le miel, un aliment aux multiples potentiels

Les nombreux composants du miel lui confèrent son utilité en nutrition, en médecine alternative et en cosmétologie.

Utilisation du miel

Le miel peut remplacer le sucre, il est alors ajouté à la boisson telle que le thé vert ou le lait. Néanmoins, le miel peut aussi servir en milieu cosmétique pour entretenir les peaux agressées par les facteurs externes. Il redonne aussi du tonus à la peau des personnes âgées. Cependant, le plus important bienfait du miel demeure sur le plan sanitaire. De nombreuses affections sont en effet sensibles à une cure de miel. Le spectre d’action du miel est très vaste et les différentes facultés curatives de cet aliment sont reconnues.

Vertus préventives et curatives du miel

La peau, les os, le système digestif et le système nerveux figurent parmi les organes qui bénéficient des vertus du miel. En effet, le miel est apprécié pour sa faculté de :

  • cicatriser les blessures externes et internes (voir le sujet plus bas)
  • apaiser de nombreuses douleurs
  • tuer de multiples germes grâce à ses propriétés antiseptiques
  • faire mincir lorsqu’il est associé au citron
  • fortifier les os
  • réduire le stress et lutter contre la fatigue physique
  • réduire les inflammations
  • améliorer la digestion, évacuer les impuretés du système digestif et pallier aux constipations
  • nettoyer la peau grâce à sa propriété désinfectante
  • éviter l’apparition des rides

Les potentialités du miel étant très diversifiées, cet aliment peut aussi bien être utilisé pour prévenir certaines maladies que les guérir.

Indications de certains types de miel et de certaines associations

Certaines affections sont parfois plus sensibles à une variété précise de miel.

Variétés de miel : indications et posologie

Les personnes souffrant d’affections intestinales ou de troubles urinaires peuvent choisir le miel de bruyère ou d’eucalyptus pour traiter leur maladie.

Le miel de pin ou de lavande est préconisé chez les insomniaques mais il est aussi employé comme antiseptique.

Le miel d’oranger et celui d’aubépine sont préconisés en cas d’atteinte nerveuse, d’hypertension et de troubles cardiaques.

L’association miel-thé vert-cannelle est un bon remède contre le vieillissement. En règle générale, 1 à 3 petites cuillerées de miel par jour doivent être prises dans la plupart des affections sensibles à ce fortifiant.

Les associations et leurs indications

L’association cannelle-miel peut être bénéfique en cas de fatigue, d’ulcère de l’estomac, de toux ou d’angine. En ce qui concerne les affections gastriques, la posologie de remède recommandée est d’une cuillerée à café de miel associée à la même dose de cannelle.L’association miel-cannelle est à prendre 3 fois par jour durant un mois. Dans le cas de fatigue passagère, la moitié d’une cuillerée à soupe de miel est à additionner à la même quantité de poudre de cannelle. Le mélange est à diluer dans un demi-verre d’eau plate. Par ailleurs, le mélange miel-cannelle sert aussi à lutter contre le vieillissement. Dans cet objectif, la dose quotidienne à prendre est d’une cuillerée à café de cannelle à mélangée à 4 cuillerées à café de miel. Chaque matin, ce mélange servira à sucrer une tasse de thé vert.

L’association citron-miel est un remède amaigrissant mais aussi un remède efficace pour apaiser le mal de gorge. En outre, les hypertendus peuvent opter pour une cure de jus d’oignon et de miel pour réduire les poussées de tension artérielle. Quant à l’association argile verte-miel, utilisée en cataplasme, elle est bénéfique en cas d’affection cutanée.

Le blanc d’œuf mélangé au miel est quant à lui un masque anti-vieillissement efficace. Il est recommandé de l’appliquer sur le cou et le visage, de laisser sécher le mélange et de le rincer par la suite.

Enfin, il est aussi utile de savoir que le mélange yaourt-miel-citron peut être utile au traitement des cheveux gras et aide à réduire les pellicules. Pour que le mélange soit actif, il est préférable de l’appliquer sur le cuir chevelu.

Le pouvoir cicatrisant du Miel

Aliment de première nécessité, il est aussi considéré depuis fort longtemps comme médicament. Il est notamment antibactérien et cicatrisant comme de nombreuses études l’attestent.
Appliqué sur les brûlures, ulcères, plaies ou cicatrices chirurgicales infectées, le miel se révèle d’une réelle aide thérapeutique.
Le Pr. Bernard Descottes et Ghislaine Pautard (CHU Dupuytren, Limoges- France) l’ont testé durant 25 ans, en structure hospitalière.

Expérimentation française concluante
De 1984 à 2009, le PR Bernard Descottes et Ghislaine Pautard ont expérimenté le miel. Cette étude scientifique a été réalisée en double aveugle dans leur service hospitalier sur 3012 patients. Ces travaux « confirment le rôle cicatrisant et antibactérien du miel »
Le miel de thym utilisé a permis une cicatrisation avec un taux de réussite de 98%.

La cicatrisation et l’activité bactérienne

De par le monde de nombreuses études scientifiques attestent des propriétés cicatrisantes du miel pour les plaies, les brûlures, les nécroses pariétales et d’éventuelles lésions induites par la radiothérapie. De plus le Pr. Descottes constate qu’il possède une activité antibactérienne sur les principaux germes comme le Staphylocoque dorée Aureus et l’Escherichia coli, germes rencontrés le plus souvent sur les plaies chirurgicales qu’ils ont eu à traiter.

Le type de miel utilisé à des fins thérapeutiques
Le miel utilisé au cours de ces années a été simultanément le miel toutes fleurs enrichi châtaigner, mais le miel de thym a été « le miel d’excellence dans notre pratique quotidienne ». Pour cette expérience seul un miel thérapeutique pouvait être utilisé.

Quels sont les critères de ce miel ?

Il devait être exempt d’exposition à la lumière et surtout à un chauffage intense. Ces facteurs entraînent une altération du pouvoir cicatrisant, désigné par le terme d’inhibine.
Puis, le miel est soumis à des tests bactériologiques, à des recherches de traces d’antibiotiques, de pesticides ou d’autres toxiques.

Le protocole
Il s’élabore en 5 phases. Tout d’abord, prélèvement bactériologique dans le cas d’un premier pansement puis nettoyage de la plaie avec du sérum physiologique, avivement puis application du miel. Enfin recouvrir la plaie avec un pansement occlusif dont le changement s’effectuera toutes les 24 H. Si la plaie est exsudative le pansement s‘effectuera 2 fois par jour.

Les atouts du miel

Pour le Pr. Bernard Descottes, « Il peut être utilisé sans risque de résistance aux bactéries », il permet une cicatrisation rapide, peu onéreuse avec un résultat esthétique de qualité. « La cicatrice est pratiquement invisible pour certaines brûlures ou réparations tissulaires », affirme-t-il.
Aujourd’hui, cette expérience se poursuit avec le miel de Manuka de Nouvelle Zélande ou le miel mélipone vierge du Mexique, le miel marocain provenant de cactées ou le miel algérien.

Article original :  Hippocratus le Magazine du 7 mai 2009 par Clémence Duplet 

Source :

-Plaies et cicatrisation par le miel – Pr. Descottes et Ghislaine Pautard
La Phytothérapie Européenne de Mars -avril 2009 (n°49).

Le miel comme antibiotique !

La douceur sur un malheur