photo-massage-cardiaque-demonstration

Le massage cardiaque: plus efficace seul qu’associé au bouche à bouche

Par Parfums & Bien-être et Sébastien Bondi de ActuSoins

Cette étude, publiée mercredi 6 octobre par le Journal of the American Medical Association (JAMA), porte sur 4415 patients ayant présenté un arrêt cardio respiratoire (ACR) en Arizona entre 2005 et 2009. 2900 (65,6%) n’ont bénéficié d’aucun geste, 666 (15,1%) ont reçu une RCP conventionnelle  et 849 (19,2%) des compressions thoraciques seules.

Le taux de survie à la sortie de l’hôpital a été de 5,2% pour ceux n’ayant pas bénéficié d’une RCP, de 7,8% chez ceux ayant eu une RCP conventionnelle et de 13,3% pour ceux à qui on a uniquement prodigué des compressions thoraciques.

Parallèlement, une campagne de communication encourageant les premiers témoins à réaliser des compressions thoraciques seules –plus pratique à enseigner, pratiquer et mémoriser — a été largement diffusée en Arizona. Avec des résultats: En 2005, 28,2% des témoins pratiquaient une RCP, contre 39,9% en 2009. Le taux de survie des victimes d’ACR d’origine cardiaque s’est fortement accru sur la même période, passant de 3,7% en 2005 à 9,8% en 2009

Plusieurs hypothèses sont avancées par les auteurs pour expliquer cette supériorité du massage cardiaque externe seul. Ils citent notamment la détérioration quasi immédiate du flux sanguin lors d’une interruption des compressions pour pratiquer le bouche à bouche, la diminution du retour veineux lié à la ventilation en pression positive ou le temps beaucoup plus court nécessaires aux opérateurs téléphoniques pour expliquer et faire pratiquer au témoin les compressions thoracique plutôt que la RCP classique.

En France, l’alternance compressions thoraciques – insufflations reste de mise, tant en extra qu’en intra hospitalier. Les initiations réalisées à l’attention du grand public mettent toutefois de plus en plus l’accent sur l’importance d’un massage cardiaque externe continu, associé à l’utilisation précoce d’un défibrillateur automatique.

Comment faire un massage cardiaque ?

Si plusieurs personnes sont présentes, on peut se partager les tâches et effectuer immédiatement la réanimation cardio-pulmonaire.

Il faut pratiquer 30 compressions entrecoupées de 2 insufflations et ainsi de suite jusqu’au redémarrage du coeur. Si vous ne savez pas faire le bouche à bouche, ne faites que le massage cardiaque.

Il ne faut pas avoir peur d’appuyer fortement, quitte à casser des côtes car il faut enfoncer les mains de 4 à 5 centimètres de façon assez énergique. Mieux vaut quelques côtes cassées que la mort.

Il est maintenant admis que c’est avant tout le massage cardiaque qui assure un maximum d’efficacité.

Toutes les minutes environ, soit tous les trois cycles, on contrôle la respiration. On ne doit pas arrêter plus de 10 secondes. Si la victime ne respire toujours pas, on recommence jusqu’à la réapparition d’une respiration normale ou jusqu’à l’arrivée des secours.

Si une personne est victime d’un arrêt cardiaque, si on ne dispose pas d’un défibrillateur, il faut avertir de toute urgence les services de secours.

On peut sauver la victime en pratiquant la réanimation cardio-pulmonaire (ou RCP).

Certains hésitent à pratiquer un massage cardiaque, mais rien n’est pire que la mort, donc n’hésitez jamais devant un arrêt cardiaque en attendant l’arrivée des secours. Bien sur, il faut téléphoner de toute urgence aux secours, composez le 15, 18 ou 112.

Ne rien faire est la pire des solutions, et surtout, c’est un cas de non assistance à personne en danger. Donc pour ceux qui auraient peur que la responsabilité leur retombe dessus s’ils ne pratiquaient pas convenablement les gestes de secours, sachez que vous serez surtout incriminé si vous ne faites rien ! Dans cet état, la personne ne risque rien de plus que de revenir à la vie, alors n’hésitez pas.

Etant donné que notre système éducatif ne propose toujours pas ces gestes élémentaires à l’école, bien que la loi allant dans ce sens existe depuis 2006, il vous reste tout de même la possibilité de faire un stage de secourisme afin d’apprendre les gestes qui sauvent.

Suivre une formation de premiers secours, des gestes qui sauvent

Avoir le bon réflexe peut sauver une vie ! Grâce aux sapeurs-pompiers, vous pouvez apprendre les gestes de premiers secours à travers une formation simple et courte qui permet d’avoir les bons réflexes face à un ami, un membre de votre famille, ou toute personne en danger. 

Pour aller plus loin:

Étude complète publiée sur le site du JAMA (en anglais)

Pour en savoir plus : http://www.pompiers.fr/index.php ?id=762#632