cataracte-couleur

Cataracte

Source : http://www.passeportsante.net

https://i2.wp.com/www.comptoirdeloptique.fr/cataracte.jpg

Cataracte : qu’est-ce que c’est?

La cataracte est un trouble de la vision qui survient lorsque le cristallin, cette petite lentille ovale située derrière la pupille, perd de sa transparence.

Lorsque le cristallin s’opacifie, les rayons lumineux parviennent moins bien à la rétine, ce qui explique que la vision s’embrouille. Le mot cataracte a été choisi pour décrire cette impression de regarder à travers une chute d’eau (du latin cataracta, qui signifie chute d’eau). Le cristallin joue le même rôle que la lentille de l’objectif d’un appareil photographique : il fait la mise au point de l’image dans l’oeil, selon la distance de l’objet observé.

Le plus souvent, la cataracte se développe lentement, avec le vieillissement. Avec le temps, la structure du cristallin change. On ne sait pas exactement pourquoi, mais selon la principale hypothèse, les protéines du cristallin seraient altérées par les radicaux libres, des substances produites naturellement par l’organisme qui contribuent au vieillissement. Les radicaux libres sont en partie neutralisés par les antioxydants, tirés principalement des fruits et légumes consommés.

Prévalence

À partir de 65 ans, la majorité des personnes ont un début de cataracte. L’opacification n’occasionne pas de gêne visuelle importante si elle se fait dans les couches périphériques du cristallin.

Après l’âge de 75 ans, les deux tiers des Européens, comme des Américains, ont une cataracte suffisamment avancée pour nuire à leur vision. Cependant, la perte de vision tend à s’aggraver avec l’âge. La cataracte touche également les hommes et les femmes.

Types

On distingue plusieurs formes de cataractes, dont voici les principales.

  • La cataracte sénile. La majorité des cataractes survient chez les personnes âgées. Le processus normal de vieillissement peut entraîner le durcissement et l’opacification du cristallin. La cataracte liée à l’âge touche généralement les deux yeux de façon inégale.
  • La cataracte secondaire. Certaines maladies (surtout le diabète, s’il est mal contrôlé), la prise de certains médicaments ou l’exposition à de fortes doses de radiation peuvent être la cause de cataracte. En outre, certains problèmes aux yeux accroissent le risque de cataracte, comme une forte myopie, un glaucome ou un décollement de la rétine.
  • La cataracte chez l’enfant. La cataracte peut se manifester dès la naissance, mais cela est rare : elle peut accompagner une maladie congénitale (trisomie 21, galactosémie), ou résulter d’une maladie infectieuse de la mère transmise au fœtus durant la grossesse, comme la rubéole, la toxoplasmose, herpes génital ou la syphilis.
  • La cataracte traumatique. Elle se produit à la suite d’une blessure à l’œil qui endommage le cristallin : un coup, un choc, une coupure, l’exposition à une chaleur intense ou une brûlure chimique.

Évolution

Une baisse de l’acuité visuelle au point de restreindre considérablement les activités quotidiennes est évocatrice de cataracte. Généralement, cette baisse progressive de la vision s’effectue lentement, sur plusieurs années. Cependant, il arrive parfois qu’elle se produise plus rapidement (en quelques mois).

Lorsque la cataracte est plus évoluée, la pupille n’apparaît plus noire, mais plutôt grise ou d’un blanc laiteux. À un stade avancé, la vision peut se limiter à la perception de la lumière.

La cataracte représente la troisième cause de cécité au Canada. Les principales causes de cécité – la dégénérescence maculaire, le glaucome et la cataracte – surviennent habituellement avec le vieillissement.

Quand consulter?

La cataracte est détectée durant un examen de la vue par un optométriste. Tout changement de la qualité de la vision devrait pousser à consulter un optométriste ou un ophtalmologiste.

Symptômes de la cataracte

Cataracte

  • Une vue progressivement plus embrouillée ou obscurcie.
  • Une vision double ou un éblouissement plus facile en présence de lumières vives. Les éblouissements gênent considérablement la conduite automobile nocturne.
  • Une perception fade et moins vive des couleurs.
  • Une vision voilée. Les objets apparaissent comme s’ils étaient derrière un voile blanc.
  • Un besoin plus fréquent de changer de prescription de lentilles, car la cataracte accentue la myopie. (Cependant, les personnes qui sont hypermétropes peuvent avoir l’impression, au début, que leur vision s’améliore.)

Note. La cataracte est indolore.

Personnes à risque

Toutes les personnes sont à risque de cataracte, car le vieillissement est le principal facteur de risque. Cependant, les personnes suivantes sont plus à risque :

  • les personnes atteintes de diabète depuis plusieurs années;
  • les personnes ayant des antécédents familiaux de cataracte;
  • les personnes qui ont déjà subi un traumatisme ou un traitement chirurgical à l’oeil;
  • les personnes qui vivent en haute altitude ou près de l’équateur, plus exposées aux rayons ultraviolets du soleil;
  • les personnes qui ont reçu des traitements de radiothérapie, un traitement couramment utilisé contre le cancer.

Facteurs de risque

  • La prise de certains médicaments peut provoquer des cataractes (par exemple, les corticostéroïdes, à long terme). Consulter son médecin en cas de doute.
  • L’exposition aux rayons ultraviolets du soleil. Elle accroît les risques d’apparition de cataracte sénile. Les rayons du soleil, plus particulièrement les rayons UVB, transforment les protéines du cristallin.
  • Le tabagisme. Le tabac endommage les protéines du cristallin.
  • L’alcoolisme.
  • Une alimentation déficiente en fruits et légumes. Des travaux de recherche indiquent un rapport entre l’apparition des cataractes et un manque de vitamines et minéraux antioxydants, comme la vitamine C et la Vitamine E, le sélénium, le bêta-carotène, la lutéine et le lycopène.

Prévention de la cataracte

Pourquoi prévenir?
  • Les cataractes sont un phénomène naturel qui accompagne le vieillissement, mais certaines mesures permettent de ralentir leur développement.
  • Les mesures préventives sont importantes parce que la cataracte progresse sur une longue période de temps. Lorsqu’elle est diagnostiquée chez les personnes de 60 ans à 70 ans, la maladie peut avoir commencé plus de 20 ans auparavant.

 

Mesures préventives de base
Cesser de fumer. Les fumeurs peuvent réduire leur risque de cataracte sénile en cessant de fumer.Protéger ses yeux du soleil. Il est reconnu qu’une exposition excessive au soleil entraîne des dommages sur le cristallin pouvant accélérer l’apparition de la cataracte. Il est donc important de porter un chapeau à large bord et des lunettes de soleil assurant une protection contre les rayons UVA et UVB. Limiter aussi l’exposition aux micro-ondes et aux rayons X et infrarouges, ce qui pourrait également ralentir la formation de cataractes.

Protéger ses yeux au travail et dans les loisirs. On peut prévenir la cataracte attribuable à certaines blessures en portant une protection adéquate au travail et durant des activités sportives.

Manger suffisamment de fruits et de légumes. Les antioxydants qu’ils renferment contribuent à prévenir la cataracte. Le Guide alimentaire canadien
recommande aux femmes d’en consommer de 7 à 8 portions par jour; et aux hommes, de 7 à 10 portions par jour.

Contrôler sa glycémie en cas de diabète. Les personnes diabétiques doivent suivre de près leur glycémie, leur pression sanguine et leur taux de cholestérol afin de prévenir les troubles oculaires.

Prévenir la transmission d’une infection à l’accouchement. Les femmes enceintes devraient consulter leur médecin pour prendre les mesures nécessaires, s’il y a lieu, afin de prévenir la transmission d’une infection à l’enfant.

 

Traitements médicaux de la cataracte

Note. La cataracte ne se traite ni avec des gouttes oculaires, ni avec des rayons laser. La chirurgie est le seul traitement possible.

Lorsque la cataracte commence à se former et que les symptômes ne sont pas trop incommodants, la vision peut être améliorée par des mesures simples :

– porter des lunettes avec des verres antireflet pour atténuer l’éblouissement;
– avoir une prescription de lentilles adéquate;
– s’assurer d’avoir un éclairage suffisant pour mener ses activités d’intérieur.

On aura aussi avantage à adopter les mesures préventives afin de ralentir la progression de l’affection. Voir la section Prévention.

https://i2.wp.com/www.myopie-lasik.com/images/1-%20chirurgie%20cataracte%20phakoemulsification.jpg

Chirurgie

Aucun traitement ne peut restaurer la transparence d’un cristallin opacifié. Par conséquent, lorsque la cataracte est à un stade plus avancé, au point d’altérer la qualité de vie, la seule option thérapeutique consiste en l’ablation chirurgicale du cristallin. Couramment pratiquée, cette intervention améliore nettement la vision chez plus de 90 % des gens. Les personnes qui n’obtiennent pas d’amélioration ont souvent d’autres problèmes oculaires (dégénérescence maculaire ou glaucome). Il arrive aussi qu’une complication chirurgicale survienne (infection, décollement de la rétine, hémorragie, etc.).

La chirurgie se pratique habituellement sous anesthésie locale (sans piqûre), et dure de 15 à 30 minutes. Un seul oeil est généralement opéré à la fois. Il est important d’informer le chirurgien de tout problème de santé et des médicaments utilisés, particulièrement ceux qui agissent sur la prostate de même que les anticoagulants.

Déroulement de la chirurgie

  • Une petite incision est pratiquée à travers la cornée et une ouverture est créée dans l’enveloppe du cristallin.
  • Une sonde à ultrasons est ensuite insérée dans le cristallin. Les ultrasons pulvérisent les protéines du cristallin et l’amollissent, ce qui permet de le retirer plus facilement. Cette étape est appelée « phacoémulsification ».
  • Chez la plupart des personnes, le cristallin est alors remplacé par une lentille artificielle, introduite dans l’enveloppe du cristallin (voir image ci dessous). La lentille introduite est choisie en fonction du patient. Selon le cas, la lentille peut corriger la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme et la presbytie. Exceptionnellement, si le cristallin n’est pas remplacé, on emploie une lentille de contact mise sur l’oeil.

https://i2.wp.com/www.ophtalmologie-kleber.fr/images/big/implant.jpg

Deux types de lentilles artificielles1. Les lentilles rigides, faites en polyméthylmétacrylate (PMMA). Elles sont utilisées depuis les années 1950, mais n’ont subi aucune innovation depuis les années 1990. Elles sont fiables, mais nécessitent une grande ouverture pour les introduire dans l’oeil. Elles peuvent corriger la myopie et l’hypermétropie.

2. Les lentilles souples, molles ou pliables, faites en acrylique ou en silicone. On peut les plier en deux, de sorte que l’incision dans l’oeil est deux fois plus petite. Elles offrent une meilleure vision de nuit. Les cataractes risquent moins de se déclarer de nouveau. Certaines lentilles molles permettent de corriger l’astigmatisme et la presbytie. Cependant, elles ne conviennent pas à tout le monde. En discuter avec votre ophtalmologiste.

La personne qui subit cette chirurgie peut s’attendre à une guérison complète en l’espace de huit semaines. Au début, certaines personnes ont l’impression que le monde explose littéralement de couleurs et l’intensité de leurs perceptions est presque douloureuse. En fait, le cerveau a compensé la réduction des influx lumineux en amplifiant les signaux responsables de la couleur. Il faut parfois un certain temps pour que le cerveau s’habitue à la nouvelle vue améliorée. Il se peut que la conduite automobile ne soit pas possible pendant quelques semaines.

Certaines cataractes congénitales posent un problème différent : l’intervention chirurgicale doit être faite dès les premières semaines après la naissance, afin de permettre un bon développement de la vision. La pose d’un implant oculaire n’est pas recommandée avant l’âge de 1 an.

Il arrive que la cataracte revienne quelques mois ou quelques années après son traitement. Cela se produit dans 5 % à 40 % des chirurgies, selon le type de lentille utilisé. Même si les personnes éprouvent dans ce cas des symptômes identiques à leur cataracte initiale, ce problème se corrige facilement et rapidement à l’aide d’une simple intervention au laser.

L’opinion du médecin

La chirurgie de la cataracte a fait des progrès énormes au cours des dernières années. En moins de 30 minutes et sans douleur, la vision du patient est restaurée. Les gens myopes, hypermétropes ou astigmates n’ont presque plus besoin de lunettes pour la vision de loin. Avec certaines lentilles, ils n’ont pas besoin de verres pour lire. De plus, il est possible d’opérer plus rapidement : il y a 30 ans, on attendait que les gens soient aveugles pour le faire. Cela a contribué à la banalisation de cette chirurgie. Par contre, il ne faut pas oublier que toute chirurgie peut mener à des complications. Occasionnellement, il arrive que la vision finale soit moins bonne après la chirurgie.

 

Dr Pierre Blondeau, ophtalmologiste

Sites d’intérêt

Canada

Association des médecins ophtalmologistes du Québec
www.amoq.org

Institut national canadien pour les aveugles
www.cnib.ca

Société canadienne d’ophtalmologie
www.eyesite.ca

France

Société Française d’Ophtalmologie
www.sfo.asso.fr

États-Unis

American Academy of Ophtalmology
www.aao.org

Prevent Blindness America
www.preventblindness.org

Recherche et rédaction : Marie-Michèle Mantha, M.Sc.
Fiche mise à jour :
mars 2009

Références

Bibliographie

Association des médecins ophtalmologistes du Québec (AMOQ). Grand public, Informations médicales – La cataracte, Association des médecins ophtalmologistes du Québec. [Consulté le 29 février 2009]. www.amoq.org
Association médicale canadienne. Encyclopédie médicale de la famille, Sélection du Reader’s Digest, Canada, 1993.
Institut national canadien pour les aveugles (INCA). [Consulté le 29 février 2009]. www.cnib.org
InteliHealth (Ed). Diseases and Conditions – Cataracts, Aetna Intelihealth. [Consulté le 29 février 2009]. www.intelihealth.com
Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Diseases & Conditions – Cataracts, MayoClinic.com. [Consulté le 29 février 2009]. www.mayoclinic.com
National Library of Medicine (Ed). Medline Plus Health Information, Health topics – Cataract, Medline plus. [Consulté le 29 février 2009]. www.nlm.nih.gov
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 29 février 2009]. www.ncbi.nlm.nih.gov
National Eye Institute. Health information – Cataract, National Eye Institute. [Consulté le 29 février 2009]. www.nei.nih.gov
Natural Standard (Ed). Medical Conditions – Cataract, Nature Medicine Quality Standards. [Consulté le 29 février 2009]. www.naturalstandard.com
Pizzorno JE Jr, Murray Michael T (Ed). Textbook of Natural Medicine, Churchill Livingstone, États-Unis, 2006.
Société canadienne d’ophtalmologie. Information publique, Les maladies et problèmes oculaires et leur traitement – Cataracte, eyesite.ca. [Consulté le 29 février 2009]. www.eyesite.ca
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Conditions – Cataracts (Prévention), ConsumerLab.com. [Consulté le 29 février 2009]. www.consumerlab.com

Notes

1. Hankinson SE, Stampfer MJ, et al. Nutrient intake and cataract extraction in women : a prospective study. BMJ. 1992 Aug 8;305(6849):335-9.
2. Brown L, Rimm EB, et al. A prospective study of carotenoid intake and risk of cataract extraction in US men.Am J Clin Nutr. 1999 Oct;70(4):517-24.
3. Chasan-Taber L, Willett WC, et al. A prospective study of carotenoid and vitamin A intakes and risk of cataract extraction in US women.Am J Clin Nutr. 1999 Oct;70(4):509-16.
4. Lyle BJ, Mares-Perlman JA, et al. Antioxidant intake and risk of incident age-related nuclear cataracts in the Beaver Dam Eye Study. Am J Epidemiol. 1999 May 1;149(9):801-9.
5. Age-Related Eye Disease Study Research Group. A randomized, placebo-controlled, clinical trial of high-dose supplementation with vitamins C and E and beta carotene for age-related cataract and vision loss: AREDS report no. 9. Arch Ophthalmol. 2001 Oct; 119(10):1439-52.
6. Chylack LT Jr, Brown NP, et al. The Roche European American Cataract Trial (REACT): a randomized clinical trial to investigate the efficacy of an oral antioxidant micronutrient mixture to slow progression of age-related cataract. Ophthalmic Epidemiol. 2002 Feb;9(1):49-80.
7. Meyer CH, Sekundo W. Nutritional supplementation to prevent cataract formation. Dev Ophthalmol. 2005;38:103-19. Review.
8. Ferrigno L, Aldigeri R, et al; The Italian-American Cataract Study Group. Associations between plasma levels of vitamins and cataract in the Italian-American Clinical Trial of Nutritional Supplements and Age-Related Cataract (CTNS): CTNS Report #2. Ophthalmic Epidemiol. 2005 Apr;12(2):71-80.
9. Wu SY, Leske MC. Antioxidants and cataract formation: a summary review. Int Ophthalmol Clin 2000;40:71-81.
10. Jacques PF, Chylack LT Jr, et al. Long-term nutrient intake and early age-related nuclear lens opacities. Arch Ophthalmol 2001;119:1009-19.
11. Kuzniarz M, Mitchell P, et al. Use of vitamin supplements and cataract: the Blue Mountains Eye Study. Am J Ophthalmol 2001;132:19-26.
12. Jacques PF, Taylor A, et al. Long-term vitamin C supplement use and prevalence of early age-related lens opacities. Am J Clin Nutr 1997;66:911-6.
13. Mares-Perlman JA, Brady WE, Klein BE. Diet and nuclear lens opacities. Am J Epidemiol 1995;141:322-34.
14. Teikari JM, Virtamo J, et al. Long-term supplementation with alpha-tocopherol and beta-carotene and age-related cataract. Acta Ophthalmol Scand 1997;75:634-40.
15. McNeil JJ, Robman L, et al. Vitamin E supplementation and cataract: randomized controlled trial.Ophthalmology. 2004 Jan;111(1):75-84.
16. Age-Related Eye Disease Study Research Group. A randomized, placebo-controlled, clinical trial of high-dose supplementation with vitamins C and E, and beta carotene for age-related cataract and vision loss: AREDS report no. 9. Arch Ophthalmol 2001;119:1439-52