Traitements médicaux des troubles cardiaques

Source :http://www.passeportsante.net

Le traitement d’un infarctus du myocarde nécessite une intervention médicale d’urgence afin d’en limiter les conséquences. Contacter le plus rapidement possible les secours médicaux. Il ne sera pas question ici des traitements d’urgence offerts à l’hôpital. Une fois l’urgence maîtrisée, les interventions thérapeutiques auront essentiellement pour but d’empêcher le problème de s’aggraver et de prévenir les récidives.

Si l’on ressent des symptômes de crise d’angine, en discuter avec un médecin sans tarder.

Médicaments

Les médicaments suivants sont employés pour traiter ou prévenir les crises d’angine et pour prévenir les récidives d’infarctus.

  • Hypolipémiants, pour abaisser le taux de cholestérol : statines, chélateurs de l’acide biliaire, etc. Il semble que les statines agissent sur deux plans : elles réduisent la production de cholestérol et baissent le taux de protéine C-réactive dans le sang (un indice d’inflammation)9,10.
  • Antiangineux, pour traiter l’insuffisance coronarienne : bêtabloquants, inhibiteurs calciques, dérivés nitrés.
  • Antiagrégants plaquettaires : acide acétylsalicylique (aspirine) et clopidogrel.

Interventions

Selon le cas, l’une ou l’autre des interventions suivantes peut être indiquée afin de prévenir les récidives d’infarctus.

  • Intervention coronarienne percutanée. Cette intervention, pratiquée par un cardiologue interventionniste, consiste d’abord à insérer un cathéter muni d’un ballonnet gonflable pour déboucher une artère bloquée, ce qu’on nomme l’angioplastie. L’insertion du cathéter se pratique dans une artère du poignet ou de l’aine. Une autre méthode consiste à pulvériser finement la plaque d’athérosclérose calcifiée à l’aide d’une fraise, mais elle est rarement employée, car plus complexe et coûteuse. On la réserve à des cas bien précis.
    Fréquemment, un petit tuteur métallique, ou endoprothèse, est introduit dans l’artère par la même occasion, ce qui réduit de moitié le risque que l’artère se bloque de nouveau. Pour accroître leur efficacité, certains tuteurs sont recouverts d’un médicament (par exemple, le sirolimus ou le paclitaxel).
  • Pontage coronarien. Le chirurgien greffe un vaisseau sanguin, qu’il a prélevé dans une jambe ou à la poitrine de façon à créer un nouveau passage pour le sang afin de contourner un blocage dans une artère coronaire. Les médecins optent pour le pontage lorsque plusieurs artères coronaires sont bloquées ou rétrécies, ou encore lorsque l’artère coronaire principale est touchée. Cette intervention a surtout lieu en cas de diabète ou d’insuffisance cardiaque.

Important. L’intervention coronarienne percutanée et le pontage coronarien ne sont pas des solutions miracles qui règlent tous les problèmes. Beaucoup de gens croient, à tort, que de telles interventions suffisent à les mettre hors de danger et leur permettent de reprendre leurs anciennes habitudes de vie : tabagisme, alimentation riche en sel, en gras et en sucre, stress, etc. La modification du mode de vie est essentielle pour entretenir les artères et éviter ou retarder une récidive.

Modification des habitudes de vie

Les médecins insistent de plus en plus sur la nécessité de modifier ses habitudes de vie afin de ralentir ou de stopper la progression de la maladie, comme expliqué dans la section Prévention :
– ne pas fumer;
– faire de l’exercice;
– bien s’alimenter;
– perdre du poids;
– apprendre à relaxer;
– exprimer ses émotions, etc.

Les centres de traitement en cardiologie offrent désormais des services de conseil en matière de nutrition, des programmes d’exercice physique, des programmes de soutien pour arrêter de fumer, des ateliers de relaxation, de gestion de stress, de méditation, etc.

Ces mesures ont autant une valeur préventive que curative.

Alimentation

Durant les dernières décennies, on a observé que les populations méditerranéennes profitaient d’une protection contre les maladies cardiovasculaires, le diabète, et même certains cancers31-33.

Des études ont démontré que le régime méditerranéen parvient à réduire de 70 % le risque de récidive d’accident coronarien, comparativement à un régime alimentaire équilibré34-36.

Plusieurs cardiologues recommandent ce régime, qui s’avère efficace pour prévenir les récidives.

Le régime méditerranéen se caractérise notamment par une abondance de légumes et de fruits frais, l’utilisation d’huile d’olive comme source de gras, la consommation de poisson et aussi de vin, en quantité modérée.

Et les autres régimes?

Des scientifiques américains ont fait un vaste recensement d’études sur les régimes populaires afin de déterminer lequel protège le mieux le coeur et les vaisseaux37. Ils ont comparé la diète de l’American Heart Association, les régimes Ornish, Atkin, South Beach, Sugar Busters et Zone, le régime méditerranéen et la diète DASH (Dietary Approaches to Stop Hypertension). Leur conclusion : il semble que le régime proposé par l’American Heart Association (AHA), les régimes basés sur l’index glycémique des aliments ainsi que le régime méditerranéen soient les plus intéressants pour le plus grand nombre de gens. Selon eux, il n’y a pas un seul régime qui conviendrait à tous.

Une autre étude a évalué l’effet cardioprotecteur des régimes amaigrissants Atkins, Ornish, Weight Watchers et Zone auprès de 160 personnes âgées de 22 ans à 70 ans et ayant un excès de poids. D’après les résultats, le choix d’un régime spécifique importe moins que le fait de s’y tenir38. Les chercheurs avaient attribué au hasard un régime à chaque participant. Un an après le début de l’étude, l’amélioration du bilan de santé (taux de cholestérol, glycémie, tension artérielle, etc.) dépendait de la quantité de poids perdu. Les participants qui avaient bien adhéré à leur régime avaient perdu du poids. Une telle rigueur expliquait davantage la perte de poids que le type de régime suivi.

Il vaut mieux opter pour de bonnes habitudes alimentaires qu’on aura plaisir à conserver longtemps.

Pour prévenir

Les mesures suivantes s’adressent aux personnes qui cherchent à se prémunir contre les maladies cardiaques et à celles qui souffrent déjà d’un problème cardiaque et qui tentent de prévenir une récidive. Dans ce dernier cas, il vaut mieux consulter son médecin avant de prendre un supplément alimentaire.

Efficace Huiles de poisson. Les huiles de poisson ont un effet bénéfique sur la santé cardiovasculaire, grâce aux acides gras oméga-3 qu’elles contiennent : l’acide eicosapentaénoïque (AEP) et l’acide docosahexaénoïque (ADH). Elles réduisent le risque d’infarctus du myocarde ainsi que les récidives, selon d’importantes études épidémiologiques24,25.
Dosage
Pour les personnes en bonne santé : consommer au moins 500 mg d’AEP/ADH par jour, soit en prenant un supplément d’huiles de poisson, soit en mangeant de deux à trois repas de poisson gras par semaine ou en combinant les deux apports.
– Pour les personnes souffrant de maladies coronariennes : consommer 900 mg d’AEP/ADH par jour, soit en prenant un supplément d’huiles de poisson, soit en mangeant du poisson gras tous les jours ou en combinant les deux apports.

Efficacité possible Policosanol. Le policosanol est un composé extrait de la canne à sucre. D’après plusieurs essais cliniques, il exerce une action antiplaquettaire, utile pour prévenir certains troubles cardiovasculaires, dont l’infarctus du myocarde. Le policosanol ferait aussi baisser le taux de cholestérol sanguin. Il contribuerait à augmenter la résistance à l’effort de sujets souffrant de maladie coronarienne18.
Dosage

Prendre de 5 mg à 10 mg par jour sous forme de comprimés, au repas du soir.

Efficacité incertaine Multivitamines. Plusieurs experts croient que, par mesure de prudence, tous les adultes devraient prendre quotidiennement une multivitamine afin de prévenir les maladies cardiovasculaires, le cancer et l’ostéoporose 19,20. Cependant, les données actuelles sont insuffisantes pour en recommander l’usage.

Efficacité incertaine Pin maritime (Pinus pinaster). Selon deux études, la prise d’une dose unique d’extrait d’écorce de pin maritime (Pycnogénol®) réduit l’agrégation plaquettaire chez les fumeurs, un effet comparable à celui de l’aspirine21,22. Au cours d’une autre étude menée auprès de 40 patients souffrant de troubles cardiovasculaires, on a constaté que cet extrait (450 mg par jour durant quatre semaines) avait pour effet d’atténuer l’agrégation plaquettaire et d’améliorer la microcirculation dans les capillaires sanguins23.

Efficacité incertaine Ail (Allium sativum). On recommande souvent aux personnes ayant déjà subi un accident cardiovasculaire, ou à celles qui sont à risque élevé, de prendre quotidiennement de l’ail. Au cours d’un essai clinique mené durant trois ans auprès de 432 sujets ayant déjà subi une attaque cardiaque26, les chercheurs ont constaté que les sujets traités à l’ail étaient moins susceptibles de subir une seconde attaque et que leur taux de survie était de 50 % plus élevé que celui du groupe témoin. Cependant, la qualité méthodologique de cette étude est faible27.

Efficacité incertaine Coenzyme Q10. Les résultats d’essais cliniques et d’études de cas indiquent que la CoQ10 contribuerait à prévenir les récidives et la formation de l’athérosclérose chez les personnes ayant subi un infarctus du myocarde28-30.

Approches à considérer Massothérapie. Les massages offrent une aide précieuse pour relâcher les tensions nerveuses et soulager les douleurs musculaires qui accompagnent souvent les troubles coronariens et les accidents vasculaires cérébraux40. s

Approches à considérer Réflexologie. La réflexologie repose sur la stimulation de zones et de points réflexes situés sur les pieds, les mains et les oreilles, qui correspondent à des organes du corps. Il s’agit d’une technique dont les effets sont à la fois stimulants (énergétiquement) et relaxants. D’après certains experts, la réflexologie a sa place dans le cadre du traitement des troubles cardiovasculaires, puisqu’elle parvient chez certaines personnes à réduire la douleur physique qui les accompagne souvent40.

Approches à considérer Techniques de relaxation. Elles contribuent à évacuer le stress et les tensions négatives qui, non seulement nuisent au rétablissement, mais contribuent aussi aux troubles cardiovasculaires40. Plusieurs techniques ont fait leurs preuves : le training autogène, la méthode Jacobson, la réponse de relaxation, la méditation, le yoga, etc.
L’American Heart Association suggère de se réserver de 15 à 20 minutes par jour pour se détendre. On peut s’asseoir confortablement, respirer profondément et imaginer des scènes paisibles.

Activité physique

L’activité physique fait partie de la réadaptation et doit être pratiquée selon les recommandations du médecin. En effet, le manque d’exercice augmente le risque qu’une nouvelle crise se produise. Plusieurs hôpitaux ou centres spécialisés en cardiologie possèdent d’ailleurs des salles d’entraînement destinées aux patients.

Psychothérapie

Faire appel à une psychothérapie dans le cadre du traitement des troubles cardiaques – ou encore mieux, en prévention – peut apporter de nombreux bénéfices39. Le stress chronique, l’anxiété, l’isolement social et l’agressivité sont tous des facteurs qui, sans que l’on s’en aperçoive, agissent sur notre système nerveux et minent notre santé cardiovasculaire. De plus, pour pallier ces problèmes, il est courant qu’on ait recours à des comportements qui, au lieu de nous aider, aggravent le problème : tabagisme, alcoolisme, alimentation compulsive, etc.

De plus, les personnes qui, après une crise d’angine par exemple, sont encouragées à repenser leur mode de vie (faire de l’exercice, arrêter de fumer, etc.), ont intérêt à prendre tous les moyens possibles pour y arriver. Dans tous les cas, la psychothérapie peut jouer un rôle de premier plan.

https://i1.wp.com/www.didiersvt.com/3/resp/docs/point2_image08.jpg

L’opinion de notre médecin

En modifiant votre mode de vie (alimentation saine s’inspirant du Guide alimentaire canadien, exercice physique régulier et arrêt du tabagisme) et en suivant, en parallèle, un traitement médicamenteux qui agit sur les facteurs de risque, vous diminuez sans aucun doute l’inflammation, la progression de la maladie et conséquemment les risques d’avoir d’autres crises d’angine ou un infarctus. Il n’est jamais trop tard pour changer ses mauvaises habitudes.

L’impact favorable du changement des habitudes de vie est malheureusement trop souvent sous-estimé, aussi bien par le médecin que par le patient. Nous misons beaucoup trop sur les interventions et la médication, qui sont tout de même essentielles.

De nos jours, avec tout l’arsenal thérapeutique médical, l’angioplastie coronarienne et le pontage, il est rare qu’il ne soit pas possible de contrôler la maladie ou les symptômes pour que la personne atteinte puisse mener une vie normale. À condition qu’elle sache se modérer…

Dr Michel Nguyen, cardiologue

Notes
9. Nissen SE, Tuzcu EM, et al; Reversal of Atherosclerosis with Aggressive Lipid Lowering (REVERSAL) Investigators. Statin therapy, LDL cholesterol, C-reactive protein, and coronary artery disease. N Engl J Med. 2005 Jan 6;352(1):29-38.
10. Ridker PM, Cannon CP, et al; Pravastatin or Atorvastatin Evaluation and Infection Therapy-Thrombolysis in Myocardial Infarction 22 (PROVE IT-TIMI 22) Investigators. C-reactive protein levels and outcomes after statin therapy. N Engl J Med. 2005 Jan 6;352(1):20-8.
11. Comité canadien pour le développement de la trousse Coeur en santé. La trousse Coeur en santé : pour aider vos patients à réduire leur risque. Ottawa, février 1999. Santé Canada, publications H39-460/1999E et H39-460/1999F. Accessible en ligne : www.phac-aspc.gc.ca. [Consulté le 27 mars 2007].
12. Gouvernement du Québec. Publications, Avis scientifiques – Quantité d’activité physique requise pour en retirer des bénéfices pour la santé, Kino-Québec. [Consulté le 26 mars 2007]. www.kino-quebec.qc.ca
13. Lee KW, Lip GY. The role of omega-3 fatty acids in the secondary prevention of cardiovascular disease. QJM. 2003 Jul;96(7):465-80. Review.
14. Klatsky AL. Commentary: could abstinence from alcohol be hazardous to your health?Int J Epidemiol. 2001 Aug;30(4):739-42. Texte complet : http://ije.oupjournals.org
15. Ontario Medical Association Smog-Wise Information Program. Health Policy Issues, Air Quality/Smog Issues – OMA Smog-Wise Information for Seniors, OMA Web-Link. [Consulté le 27 mars 2007]. www.oma.org
16. Abbott RD, Ando F, et al. Dietary magnesium intake and the future risk of coronary heart disease (the Honolulu Heart Program).Am J Cardiol. 2003 Sep 15;92(6):665-9.
17. Ascherio A, Rimm EB, et al.Intake of potassium, magnesium, calcium, and fiber and risk of stroke among US men. Circulation 1998;98:1198-204.
18. Stusser R, Batista J, et al. Long-term therapy with policosanol improves treadmill exercise-ECG testing performance of coronary heart disease patients.Int J Clin Pharmacol Ther. 1998 Sep;36(9):469-73.
19. Fletcher RH, Fairfield KM. Vitamins for chronic disease prevention in adults: clinical applications. JAMA. 2002 Jun 19;287(23):3127-9.
20. Fairfield KM, Fletcher RH. Vitamins for chronic disease prevention in adults: scientific review. JAMA. 2002 Jun 19;287(23):3116-26.
21. Putter M, Grotemeyer KH, et al. Inhibition of smoking-induced platelet aggregation by aspirin and pycnogenol.Thromb Res. 1999 Aug 15;95(4):155-61.
22. Araghi-Niknam M, Hosseini S, et al. Pine bark extract reduces platelet aggregation.Integr. Med. 2000 Mar 21;2(2):73-77.
23. Blumenthal M (Ed). The ABC Clinical Guide to Herbs, American Botanical Council, États-Unis 2003, p.369-373.
24. Bucher HC, Hengstler P, et al. N-3 polyunsaturated fatty acids in coronary heart disease: a meta-analysis of randomized controlled trials. Am J Med. 2002 Mar;112(4):298-304.
25. Hooper L, Thompson RL, et al. Risks and benefits of omega 3 fats for mortality, cardiovascular disease, and cancer: systematic review. BMJ. 2006 Apr 1;332(7544):752-60. Review. Texte intégral [Consulté le 9 mai 2006] : http://bmj.bmjjournals.com
26. Bordia A. Garlic and coronary heart disease. The effects of garlic extract therapy over three years on the reinfarction and mortality rate [translated from German]. Dtsch Apoth Ztg. 1989;129 (suppl 15):16-17. Étude mentionnée dans : Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements – Garlic, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 28 décembre 2002]. www.naturalstandard.com
27. Natural Standard (Ed). Herbs & Supplements – Garlic, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 27 mars 2007]. www.naturalstandard.com
28. Singh RB, Neki NS, et al. Effect of coenzyme Q10 on risk of atherosclerosis in patients with recent myocardial infarction.Mol Cell Biochem. 2003 Apr;246(1-2):75-82.
29. Singh RB, Wander GS, et al. Randomized, double-blind placebo-controlled trial of coenzyme Q10 in patients with acute myocardial infarction.Cardiovasc Drugs Ther. 1998 Sep;12(4):347-53.
30. Kuklinski B, Weissenbacher E, Fahnrich A. Coenzyme Q10 and antioxidants in acute myocardial infarction.Mol Aspects Med. 1994;15 Suppl:s143-7.
31. Panagiotakos DB, Pitsavos C, et al. Can a Mediterranean diet moderate the development and clinical progression of coronary heart disease? A systematic review. Med Sci Monit. 2004 Aug;10(8):RA193-8. Epub 2004 Jul 23. Review.
32. Trichopoulou A, Critselis E. Mediterranean diet and longevity. Eur J Cancer Prev. 2004 Oct;13(5):453-6.
33. Fidanza F, Alberti A, et al. Mediterranean Adequacy Index: correlation with 25-year mortality from coronary heart disease in the Seven Countries Study. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2004 Oct;14(5):254-8.

34. De Lorgeril M, Salen P, et al. Effect of a mediterranean type of diet on the rate of cardiovascular complications in patients with coronary artery disease. Insights into the cardioprotective effect of certain nutriments. J Am Coll Cardiol. 1996 Nov 1;28(5):1103-8.
35. de Lorgeril M, Renaud S, et al. Mediterranean alpha-linolenic acid-rich diet in secondary prevention of coronary heart disease. Lancet. 1994 Jun 11;343(8911):1454-9. Erratum in: Lancet 1995 Mar 18;345(8951):738.
36. de Lorgeril M, Salen P, et al. Mediterranean diet, traditional risk factors, and the rate of cardiovascular complications after myocardial infarction: final report of the Lyon Diet Heart Study. Circulation. 1999 Feb 16;99(6):779-85.
37. Chahoud G, Aude YW, Mehta JL. Dietary recommendations in the prevention and treatment of coronary heart disease: do we have the ideal diet yet?Am J Cardiol. 2004 Nov 15;94(10):1260-7. Review.
38. Dansinger ML, Gleason JA, et al. Comparison of the Atkins, Ornish, Weight Watchers, and Zone diets for weight loss and heart disease risk reduction: a randomized trial.JAMA. 2005 Jan 5;293(1):43-53.
39. Goyer L. Innovation en santé cardiovasculaire : nouvel angle sur les facteurs psychosociaux et les maladies cardiovasculaires, Les actualités du coeur, La Société québécoise d’hypertension artérielle, printemps-été 2004.
40. Ernst E (Ed). The Complete Book of Symptoms and Treatments, Element Books Limited, Angleterre, 1998, p. 464-497.

Révision médicale (novembre 2007) : Dr Michel Nguyen, cardiologue, Chaire Lucie et André Chagnon pour l’enseignement d’une approche intégrée en prévention, Université de Sherbrooke.
Révision médicale (février 2005) :
Dr Paul Lépine, M.D., D.O.