Trouble du déficit de l’attention : causes, symptômes et traitements

Nous avons tous parfois de la difficulté à nous concentrer, à demeurer immobile ou à contrôler nos impulsions. Cependant, les personnes atteintes d’un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) sont quotidiennement confrontées à de telles difficultés.

Le TDAH peut miner l’estime de soi ainsi que la capacité de fonctionner en milieu familial, social, professionnel et scolaire. On peut cependant se réjouir du fait que grâce à de meilleurs traitements et à des efforts au niveau de l’éducation, de plus en plus de personnes parviennent à atténuer leurs symptômes de TDAH.

C’est quoi ?

Le TDAH est un trouble neurologique. Les personnes qui en sont atteintes éprouvent de la difficulté à contrôler leur comportement et/ou à maintenir leur concentration. Généralement diagnostiqué à l’étape de l’enfance, ce trouble continue très souvent à se manifester à l’âge adulte.

Les symptômes

Les principaux symptômes du TDAH tiennent aux difficultés de concentration, à l’hyperactivité (activité excessive) et à l’impulsivité (agir avant de réfléchir aux conséquences). Le comportement en question doit présenter un caractère excessif, se manifester avant l’âge de sept ans et perturber considérablement au moins deux aspects de la vie de la personne touchée (la vie à la maison et à l’école, par exemple).

Les trois principales catégories de symptômes sont les suivantes :

  • Inattention : difficulté à se concentrer ou à demeurer concentré sur une tâche ou une activité
  • Hyperactivité-impulsivité : activité et impulsivité excessives
  • Combiné : combinaison des problèmes de concentration et d’activité/impulsivité excessives

Qui en est atteint ?

  • De 3 % à 5 % des enfants présentent un TDAH
  • Les garçons ont trois fois plus de risque d’être atteints que les filles
  • Le TDAH touche les personnes de tous les âges (y compris les adultes)

Généralement, seul le temps permet de différencier un enfant rêveur et très actif d’un enfant souffrant d’un désordre médical. Les enfants touchés par un trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) démontrent des comportements semblables à ceux manifestés par les enfants normaux.

Par contre, chez l’enfant atteint de TDA sans hyperactivité, ces comportements sont exagérés et débilitants. Inattentifs et parfois trop impulsifs, ces enfants souffrent d’un désordre neurobiologique. Ils ont souvent une mémoire à court terme déficiente, ils démontrent des difficultés à accomplir des tâches et ils manifestent des comportements importuns.

Des problèmes de sommeil sont aussi fréquents. Les enfants rêveurs tombent dans cette catégorie. La difficulté qu’ils éprouvent à se concentrer peut avoir des conséquences désastreuses sur leur rendement scolaire. Puisque ces enfants ne sont généralement pas perturbateurs, ils passent souvent inaperçus et ne sont pas correctement diagnostiqués. Assis bien souvent aux dernières rangées de la salle de classe, ils passent le plus clair de leur temps à regarder par la fenêtre. Les professeurs qualifient souvent, et à tort, ces enfants de lents ou d’endormis.

Les enfants qui présentent un trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) portent un double fardeau. Prisonniers du tourbillon d’activités qui les habite, ils ont du mal à atteindre des objectifs simples. Cette variante du trouble du déficit de l’attention peut perturber la vie sociale, scolaire et familiale. Le TDAH est deux à trois fois plus fréquent chez les garçons que chez les filles. Par contre, les filles atteintes peuvent l’être aussi sévèrement que les garçons. Les enfants atteints de TDAH sont source de grand stress pour les parents, la famille, les amis, les professeurs et les proches de l’enfant lui-même.

Les causes

Le TDAH n’est la « faute » de personne. La recherche montre que le TDAH semble résulter d’une insuffisance de substances chimiques cérébrales spécifiques (neurotransmetteurs) qui aident le cerveau à organiser et à régir la pensée et le comportement.

Comme 30 % à 40 % des personnes auxquelles on a diagnostiqué un TDAH ont des membres de leur famille qui souffrent du même trouble, on pense que les gènes sont au moins partiellement impliqués dans le processus. Bien que les parents, les enseignants et les conjoints ne soient pas la cause du TDAH, ils peuvent avoir une très forte incidence sur la capacité de la personne touchée à faire face à son trouble.

Les conséquences

Une piètre estime de soi est une cruelle conséquence des TDAH. Ces enfants, incapables de rester en place, d’attendre leur tour ou de se concentrer, se démarquent, bien malgré eux, des autres compagnons de leur groupe. De plus, beaucoup ont du mal à comprendre les conventions sociales et peuvent parfois paraître gauches ou bizarres. Ces enfants sont aussi plus à risque pour d’autres désordres psychologiques tels l’anxiété, la dépression et les troubles de comportements (comportements perturbateurs, agressivité et désobéissance).
À l’âge adulte ils sont plus susceptibles que la moyenne de divorcer, d’avoir des problèmes professionnels et de se suicider. De 3 à 5 % des enfants sont atteints de TDAH ; approximativement 50 % d’entre eux devront, à l’âge adulte, relever des défis de taille.
Heureusement, les enfants atteints d’un TDAH, souvent très créatifs, peuvent devenir des adultes fort accomplis. Ils ont tendance, grâce à leur facilité à passer d’une idée à l’autre, à aborder les problèmes de manière unique. Il est important de comprendre que le potentiel intellectuel de ces enfants n’est pas différent ou inférieur à celui des autres enfants.

Des avocats, des médecins, des directeurs d’école et d’autres professionnels ont surmonté avec succès les obstacles représentés par leur trouble du déficit de l’attention. Plusieurs des problèmes liés au malaise social, à l’inattention chronique et à l’importunité répondent bien au counseling et à la thérapie de groupe. De plus, une vie familiale heureuse et un bon encadrement scolaire jouent un rôle significatif sur le passage à une vie adulte positive.

Les traitements

Comme il n’existe aucun test définitif pour le TDAH, les professionnels des soins de santé évaluent les symptômes, recueillent de l’information auprès des parents, des enseignants, des conjoints et autres proches et examinent les antécédents familiaux pour rendre un diagnostic. Le traitement s’articule autour d’une psychothérapie spécialisée de type counseling.
Lorsque la thérapie ne suffit pas, des médicaments peuvent améliorer l’efficacité des neurotransmetteurs dans la régularisation de l’activité du cerveau. Ces médicaments augmentent de façon spectaculaire la qualité de vie de nombreuses personnes.
D’ordinaire, l’approche combinée –counseling et médicaments- s’avère la plus efficace.

Que faire ?

Si vous pensez que quelqu’un est atteint de TDAH, cette personne devrait se faire évaluer par un professionnel compétent. Si la personne n’a pas de médecin de famille, communiquez avec le CLSC de votre région pour vous faire orienter vers une
ressource appropriée.

La recherche au Douglas University

Les scientifiques qui se spécialisent dans la recherche sur le déficit de l’attention à l’Institut Douglas sont :