Jambes

Les Varices

Varices : qu’est-ce que c’est?

Les varices sont des veines endommagées dans lesquelles le sang circule mal. Elles sont bleuâtres, dilatées et tordues, et peuvent être plus ou moins saillantes.

On estime que de 15 % à 30 % de la population a des varices. Les femmes sont de deux à trois fois plus touchées que les hommes.

Le plus souvent, les varices se forment sur les jambes. Elles peuvent aussi apparaître dans la région de la vulve (varices vulvaires) ou du scrotum (varicocèles).

Les dommages aux veines sont permanents. Il est possible, toutefois, de soulager les symptômes qui y sont associés et de prévenir la formation d’autres varices, ainsi que les problèmes qui peuvent en découler.

Types de varices

Dans 95 % des cas, les varices touchent principalement les veines saphènes, c’est-à-dire les veines superficielles qui remontent le long de la jambe, et leurs veines collatérales. Ces varices sont le résultat d’un ensemble de facteurs de risque (hérédité, surplus de poids, grossesse, etc.).

Chez une minorité de personnes, les varices sont causées par l’inflammation d’une veine profonde (phlébite profonde) qui finit par atteindre le réseau des veines superficielles.

Évolution

Les personnes qui ont des varices souffrent d’une insuffisance veineuse chronique. Cela signifie que leur système veineux a de la difficulté à assurer le retour du sang vers le coeur.

  • Premiers signes : douleur, fourmillements et sensation de lourdeur dans les jambes; crampes nocturnes, enflure aux chevilles et aux pieds. On peut aussi ressentir des démangeaisons. Ces symptômes sont amplifiés lorsqu’on reste longtemps debout ou assis sans bouger.
  • Apparition de varicosités et de varices : les varicosités touchent les très petites veines. Elles sont peu saillantes et ressemblent à une toile d’araignée. Elles ne sont généralement pas douloureuses. Quant aux varices, ce sont des veines plus grosses et plus dilatées. Elles sont souvent accompagnées des symptômes reliés aux premiers signes d’une insuffisance veineuse : fourmillements, lourdeur, enflure, douleur, etc.

Complications possibles

Une mauvaise circulation dans les veines superficielles peut entraîner :

  • Une peau brunâtre. La rupture de petits vaisseaux sanguins fait en sorte que du sang s’échappe et envahit les tissus voisins. Le sang ainsi libéré donne à des zones de la peau une couleur variant du jaune au brun, d’où son appellation : dermite ocre.
  • Des ulcères. Des ulcères très douloureux peuvent se former sur la peau à proximité des varices. La peau prend auparavant une coloration brunâtre. Consulter un médecin sans tarder.
  • Un caillot sanguin. Un caillot sanguin dans une veine (ou phlébite) peut causer une douleur locale si la veine atteinte est une veine superficielle. Elle constitue un signal d’alarme important, car une insuffisance veineuse plus avancée peut conduire à une phlébite profonde et à l’embolie pulmonaire. Pour en savoir plus, consulter notre fiche Phlébite.
Attention! Une sensation de chaleur accompagnée d’une enflure soudaine et d’une douleur sourde au mollet ou à la cuisse nécessite une consultation médicale d’urgence.

Causes

Varices

Les varices apparaissent lorsque certains mécanismes ou éléments du système veineux se détériorent.

Affaiblissement des valvules

Les veines acheminent le sang vers le coeur à partir du reste du corps. Elles y parviennent, car elles sont pourvues de nombreuses valvules qui agissent comme des clapets. Celles-ci s’ouvrent dans une seule direction, obligeant ainsi le sang pauvre en oxygène à circuler seulement en direction du coeur. Les valvules se referment pour empêcher le sang de redescendre.

Les valvules peuvent s’affaiblir, ce qui entraîne une fuite de sang. L’accumulation de sang qui en résulte dilate la veine, et celle-ci devient variqueuse.

Détérioration des parois des veines

Au repos, les parois des veines jouent aussi un rôle important dans le retour du sang vers le coeur. Leur efficacité dépend de leur capacité à se contracter (tonus), de leur élasticité et de leur étanchéité.

Les parois des veines peuvent perdre de leur élasticité et de leur tonus au fil du temps. Elles peuvent aussi se détériorer au point de devenir semi-perméables. Elles laissent alors s’échapper des liquides sanguins dans les tissus avoisinants, ce qui provoque une enflure des jambes ou des chevilles, par exemple.

Perte de tonus musculaire

Pendant la marche, le retour du sang vers le coeur est favorisé par les muscles de la jambe, qui agissent comme une pompe sur les veines profondes. Un faible tonus musculaire dans les jambes constitue donc un autre facteur contribuant à la formation de varices.

Symptômes

  • Des varicosités en toile d’araignée, des veines bleutées, dilatées et saillantes, le plus souvent le long des jambes.
  • De la douleur, des fourmillements et une sensation de lourdeur dans les jambes; crampes nocturnes et enflure aux chevilles et aux pieds. On peut aussi ressentir des démangeaisons.
    Ces symptômes ont tendance à s’aggraver en soirée.
    Chez les femmes, ils s’accentuent durant les jours qui précèdent les menstruations.

Personnes à risque

  • Les personnes prédisposées par leur hérédité. Les facteurs héréditaires sont prédominants.
  • Les femmes. Les changements hormonaux liés à la grossesse, aux périodes prémenstruelles et à la ménopause contribuent, en effet, à réduire le tonus des parois veineuses.
  • Les personnes de plus de 50 ans. Le processus de dégénérescence des veines et de leurs valvules peut, cependant, commencer dès la trentaine.
  • Les femmes enceintes. Au moment de la grossesse, l’expansion de l’utérus comprime les grosses veines abdominales, ce qui gêne le retour veineux. Heureusement, les varices qui sont uniquement liées à la grossesse se résorbent souvent d’elles-mêmes au cours des trois premiers mois suivant l’accouchement.
  • Les personnes qui travaillent debout. Les caissiers, les infirmiers, les serveurs, les enseignants, etc. sont particulièrement touchés, mais seulement s’ils ont une prédisposition héréditaire aux varices.

Facteurs de risque

  • L’obésité. L’excès de poids exerce une pression accrue sur le système veineux des membres inférieurs.
  • La station debout immobile ou le piétinement.
  • La station assise durant de longues périodes.
  • Le manque d’exercice.
  • L’exposition à la chaleur (bains de soleil, bains très chauds, etc.).
  • Le soulèvement répété d’objets lourds, comme dans le cas de gens qui travaillent dans la manutention ou qui pratiquent l’haltérophilie.

Prévention des varices

Peut-on prévenir?

Lorsque l’hérédité prédispose une personne aux varices, il n’est pas facile d’y échapper. Néanmoins, en maintenant un bon tonus musculaire et une bonne forme physique, on peut réduire le risque que des varices apparaissent ou en retarder l’apparition. Le risque de complication est aussi diminué.

Mesures préventives de base
Bouger. Les exercices qui sollicitent les jambes, comme la marche, la natation et le vélo, sont particulièrement indiqués pour prévenir les varices. La compression des muscles adjacents aux veines facilite le retour veineux. 

Conserver son poids santé. Le surplus de poids exerce une pression excessive sur les veines des jambes, ce qui nuit au retour du sang veineux vers le coeur.

Surveiller son alimentation. En consommant peu de sel, on aide à prévenir l’enflure causée par la rétention d’eau. En mangeant des aliments riches en fibres, on peut prévenir la constipation. Il faut savoir que forcer pour aller à la selle peut faire augmenter la pression dans le système veineux.

Conseils pour soulager les symptômes et prévenir l’aggravation des varices
Surélever ses jambes aussi souvent que possible. On recommande de le faire trois ou quatre fois par jour, de 15 à 30 minutes chaque fois. Les jambes doivent être placées plus haut que le coeur. On peut, par exemple, se coucher sur un lit ou sur une chaise longue en plaçant des oreillers sous ses jambes. 

Varier sa posture. Il faut éviter de rester debout ou assis trop longtemps. Lorsqu’on travaille debout, il est bon de penser à s’étirer, à bouger et à s’asseoir à l’occasion pour stimuler la circulation dans les jambes. Lorsqu’on travaille assis, on doit éviter de croiser les jambes et de pencher le buste vers l’avant durant de longues périodes.

Bouger les pieds et les chevilles. Lorsqu’on doit rester assis ou debout durant de longues périodes, il est bon de penser à pointer les orteils vers le bas et le haut pour favoriser le retour veineux. Répéter plusieurs fois par jour.

Bouger au cours d’un voyage. Durant un long voyage en avion, il est recommandé de se lever et de s’étirer régulièrement, pendant quelques minutes. On peut aussi, par exemple, lever lentement les talons pour contracter les muscles du mollet.

Appliquer de l’eau froide sur les jambes. Cela aide à soulager et à réduire leur enflure.

Éviter les sources de chaleur. La chaleur dilate les veines. À éviter : les douches et les bains très chauds, les saunas, les bains de soleil, les salons de bronzage, ainsi que l’épilation à la cire chaude.

Éviter les vêtements trop serrés. Ceux-ci peuvent nuire à la circulation veineuse. Attention aux gaines, aux jeans étroits, aux chaussettes à élastiques qui serrent les chevilles ou les genoux, ainsi qu’aux chaussures trop étroites.

Porter des chaussures à talons plats. Les talons hauts contribuent à l’affaissement de la voûte plantaire et nuisent donc à la circulation. Les chaussures à petits talons font davantage travailler les muscles des mollets, ce qui aide les veines à faire leur travail.

Porter des bas de compression. Ils peuvent être utilisés de façon préventive par les personnes qui travaillent debout et en avion.

Traitements médicaux des varices

Les soins varient selon la gravité des varices. Quand celles-ci ne sont pas importantes, le traitement de base comprend les éléments suivants : compression élastique, sclérothérapie (voir plus bas), élévation des jambes et mesures préventives pour éviter l’aggravation du problème. Pour ce qui est des varicosités en toile d’araignée, la sclérothérapie peut suffire.

Compression élastique

Les chaussettes, bas ou collants de compression élastique servent autant à soulager les varices existantes qu’à prévenir l’apparition de nouvelles varices. Ils agissent comme une « deuxième couche » de muscles qui exercent une pression active sur les veines superficielles. La pression est plus forte à la cheville que vers la cuisse, ce qui facilite le retour veineux. Ils préviennent aussi les ulcères variqueux. Cependant, comme ils ne guérissent pas les varices, dès qu’on cesse de les porter, les veines touchées restent dilatées, ce qui ramène l’inconfort initial.

Pour maximiser le confort de ces bas, il vaut mieux les mettre le matin avant de se lever. En les enfilant en position couchée, on évite qu’une quantité de sang descende et stagne, du moins en partie, dans les jambes. Idéalement, ils doivent être portés toute la journée.

Leur degré de compression est variable. Il se mesure en millimètres de mercure (mm hg), et c’est le médecin qui le détermine. Une compression supérieure à 20 mm hg nécessite une prescription d’un médecin.

Sclérothérapie

Ce traitement, qui n’exige ni anesthésie ni temps de récupération, est tout indiqué dans le cas de nouvelles varices. Le médecin injecte une solution irritante dans les petites veines superficielles touchées, ce qui provoque leur fermeture. Le sang est forcé de refluer vers d’autres veines non variqueuses. Les veines sclérosées se résorbent peu à peu. Elles ne laissent généralement pas de traces. Il n’y a aucun problème à détruire des veines variqueuses, puisqu’elles ne remplissent déjà plus leurs fonctions.

Pour le traitement des varicosités en toile d’araignée, on a recours à la microsclérothérapie (utilisation d’aiguilles très fines pour l’injection).

La sclérothérapie peut exiger qu’on traite une même veine plusieurs fois, mais elle donne généralement de bons résultats. Elle n’empêche en rien, toutefois, la formation de nouvelles varices dans des veines avoisinantes.

Il est parfois possible de traiter des veines variqueuses de gros calibre par sclérothérapie. Le médecin se guide alors par échographie.

Chirurgie

Veinotomie ambulatoire. Au cours de cette intervention, on extrait les petites veines atteintes en procédant à des micro-incisions à l’aide d’un crochet spécial. Une anesthésie locale est pratiquée.

Chirurgie au laser. Une variété de traitements au laser est offerte. On intervient à la surface de la peau et à l’intérieur de la veine (laser endoveineux). Une fibre laser est insérée dans la veine malade. La chaleur générée force la veine à se refermer sur elle-même.

Chirurgie veineuse par endoscopie. Cette intervention s’emploie dans les cas plus graves. Elle nécessite une anesthésie. Elle se pratique à l’aide d’une caméra vidéo minuscule qu’on insère dans la jambe à travers une petite incision pour voir et pour fermer les veines. Celles-ci sont ensuite extraites en pratiquant de petites incisions.

Éveinage. Cette intervention classique, aussi appelée « stripping », est utilisée dans les cas graves : elle consiste à extraire les veines atteintes de chacune des jambes en pratiquant de petites incisions. En fonction de l’âge et de la gravité du problème, le traitement peut exiger une hospitalisation de 1 à 5 jours suivie d’une convalescence allant de 3 à 21 jours.

CHIVA (Chirurgie hémodynamique de l’insuffisance veineuse en ambulatoire). Cette opération permet de réduire la pression veineuse sans procéder à une ablation. Les veines superficielles atteintes sont ligaturées, ce qui oblige le sang à passer par celles qui sont profondes. Les veines ligaturées ne se remplissent plus, dégonflent d’elles-mêmes, et deviennent moins visibles et moins douloureuses.

L’opinion de notre médecin

Les varices sont souvent douloureuses et inesthétiques. Selon leur grosseur et leur localisation, les médecins qui pratiquent la phlébologie choisissent le traitement approprié. Il est souvent utile de faire un examen échographique des veines pour préciser la gravité de l’atteinte. 

On doit s’attendre à ce que le traitement des varices doive être répété après quelque temps, généralement chaque année ou tous les deux ans, parce que de nouvelles veines variqueuses se forment. Le port de bas de compression peut prévenir la formation de nouvelles varices et soulager les lourdeurs dans les jambes.

Dre Luce Pélissier-Simard, M.D.

Révision médicale (juin 2009) : Dre Luce Pélissier-Simard, M.Sc. épidémiologie, Chaire Lucie et André Chagnon pour l’enseignement d’une approche intégrée en prévention, Université de Sherbrooke.
Révision médicale (février 2005) :
Dr Paul Lépine, M.D., D.O.

Approches complémentaires

L’intérêt de la phytothérapie est de réduire les symptômes associés aux varices, et de prévenir l’apparition de troubles veineux plus importants. Les varices ne peuvent disparaître. Les plantes médicinales ont un effet bénéfique dans le cas où les varices ne sont pas encore apparues, mais qu’on ressent des symptômes d’insuffisance veineuse : lourdeur dans les jambes, enflure aux chevilles et aux pieds, fourmillements dans les jambes, crampes nocturnes. Plusieurs sont très employées en Europe comme traitement adjuvant des varices.
Efficacité probable Diosmine, fragon épineux, pin maritime, vigne rouge, gotu kola
Efficacité possible Hydrothérapie
Usage reconnu Hamamélis de Virginie

Efficace Marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum). Au moins trois synthèses d’études portant sur des extraits de marron d’Inde ont conclu que ceux-ci soulagent de façon efficace les symptômes associés à l’insuffisance veineuse (lourdeur, enflure et douleur aux jambes)1-3. La Commission E allemande rapporte que le marronier d’Inde peut être combiné avec des plantes favorisant une bonne circulation sanguine, comme le gotu kola (voir plus bas).
Dosage

Prendre de 250 mg à 375 mg d’extrait normalisé en escine (de 16 % à 20 %), deux fois par jour aux repas, ce qui correspond à de 100 mg à 150 mg d’escine.

Efficace Oxérutines. Les oxérutines, ou hydroxyéthylrutosides, sont des dérivés de la rutine. L’ensemble des essais cliniques disponibles indique que les oxérutines soulagent de façon efficace la douleur causée par l’insuffisance veineuse4-15,52.
Par ailleurs, trois études récentes (171 sujets en tout) indiquent que la prise d’un supplément17,18 ou l’application d’un gel19 à base d’oxérutines peut prévenir l’enflure des jambes qui peut se manifester durant les vols de longue durée chez les personnes souffrant d’insuffisance veineuse (phénomène aussi appelé syndrome de la classe économique).
Dosage

En Europe, il existe plusieurs préparations pharmaceutiques à base d’oxérutines destinées au traitement de l’insuffisance veineuse et des hémorroïdes. Ces produits ne sont pas vendus au Canada ni aux États-Unis.

Efficace Diosmine (ulcères veineux). Cette substance est un flavonoïde concentré. Elle est généralement extraite d’agrumes et d’un arbre appelé sophora du Japon (Sophora japonica). Deux méta-analyses20,21 et une synthèse22 indiquent que la diosmine est un adjuvant qui accélère la guérison des ulcères veineux. Ces études portaient principalement sur un produit spécifique, le Daflon®, qui contient 450 mg de diosmine micronisée et 50 mg d’hespéridine par dose.
Dosage

Le produit le plus souvent utilisé au cours des essais est le Daflon®, à raison de 500 mg deux fois par jour.

Efficacité probable Diosmine (insuffisance veineuse). Plusieurs essais cliniques menés en Europe ont donné des résultats concluants au chapitre de la réduction des symptômes de l’insuffisance veineuse24-26. Ces études portaient principalement sur un produit spécifique, le Daflon®. Récemment, des chercheurs russes ont mené des essais sur un extrait semi-synthétique de diosmine (Phlebodia®)27-29. Celui-ci réduirait aussi, apparemment, les symptômes de l’insuffisance veineuse.
Dosage

Le produit le plus souvent utilisé au cours des essais est le Daflon®, à raison de 500 mg deux fois par jour.

Efficacité probable Fragon épineux (Ruscus aculeatus). Le fragon épineux, aussi appelé petit houx, est un arbrisseau qui pousse en région méditerranéenne. Les auteurs d’une méta-analyse publiée en 2003 ont scruté 31 essais cliniques portant sur l’effet du Cyclo 3 Fort®, un supplément à base de fragon épineux (150 mg), d’hespéridine (150 mg) et de vitamine C (100 mg). Les chercheurs ont conclu que cette préparation atténue les symptômes associés à l’insuffisance veineuse34. D’autres essais cliniques ont également obtenu des résultats positifs35,36.
Dosage

Prendre, par voie orale, un extrait normalisé de racine de fragon épineux fournissant de 7 mg à 11 mg de ruscogénine et de néoruscogénine (ingrédients actifs).

Efficacité probable Pin maritime (Pinus pinaster). Les extraits d’écorce de pin, ainsi que ceux des pépins de raisin (voir Vigne rouge ci-dessous), renferment une quantité importante d’oligo-proanthocyanidines (OPC), des substances qui possèdent un pouvoir antioxydant puissant. Plusieurs essais cliniques indiquent que l’extrait d’écorce de pin à teneur normalisée en OPC (Pycnogenol®) soulage les symptômes associés à l’insuffisance veineuse37-41.
Par ailleurs, une étude a été menée auprès de personnes ayant effectué un long voyage en avion (huit heures, en moyenne). La prise de Pycnogenol® un peu avant et après le voyage a nettement réduit l’enflure des chevilles des participants42 et a réduit le nombre de thromboses veineuses chez des sujets à risque43.
Dosage

Prendre de 150 mg à 300 mg par jour d’un extrait normalisé en oligo-proanthocyanidines (OPC). Les extraits sont généralement normalisés à 70 % d’OPC.

Efficacité probable Vigne rouge (Vitis vinifera). Quelques essais cliniques concluants portant sur des extraits de pépins de raisin ont été menés dans les années 1980 en France. Ils montrent que les extraits de pépins de raisin, qui contiennent des OPC (oligo-proanthocyanidines), peuvent soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse et des varices44-46. Des essais ultérieurs montrent que les extraits normalisés de feuilles de vigne rouge ont un effet semblable, et pourraient même contribuer à contrer la progression de la maladie47-51.
Dosage

Prendre de 150 mg à 300 mg par jour d’un extrait de pépins de raisin normalisé en OPC ou de 360 mg à 720 mg par jour d’un extrait de feuilles de vigne.

Efficacité probable Gotu kola (Centella asiatica). De nombreuses études européennes démontrent qu’un extrait normalisé de gotu kola (TTFCA, abréviation anglaise de fraction triterpénique totale de Centella asiatica) a des effets bénéfiques chez les personnes atteintes d’insuffisance veineuse et de varices53-57. À noter cependant que les dosages utilisés au cours des études étaient variables et que plusieurs de ces études ont été réalisées par la même équipe de chercheurs en Grande-Bretagne.
Dosage

Au Canada, les extraits de gotu kola requièrent une ordonnance.

Efficacité possible Hydrothérapie (cure thermale). Trois études avec groupe témoin indiquent que les eaux thermales peuvent avoir un effet bénéfique dans le cas de personnes souffrant de varices et d’insuffisance veineuse59-61. En France, la Sécurité sociale reconnaît les bénéfices du thermalisme dans le traitement de l’insuffisance veineuse et rembourse une partie du coût des cures thermales prescrites par un médecin. Selon le Conseil national des exploitants thermaux, les cures thermales peuvent soulager pendant plusieurs mois les symptômes de l’insuffisance veineuse, traiter les séquelles d’une phlébite et accélérer la cicatrisation des ulcères. Une cure thermale médicale dure habituellement trois semaines.

Usage reconnu Hamamélis de Virginie (Hamamelis virginiana). L’usage de l’hamamélis est reconnu par la Commission E dans le traitement des symptômes des varices (jambes douloureuses et lourdes). Quant à l’ESCOP, elle reconnaît que cette plante soulage la lourdeur dans les jambes associée à l’insuffisance veineuse.
Dosage

L’hamamélis s’utilise par voie interne ou externe. Consulter notre fiche Hamamélis pour plus de renseignements.

Sites d’intérêt

France

Association Maladie Veineuse
Site offrant beaucoup d’information, notamment une liste de conseils pour bien vivre l’été lorsqu’on a des varices (www.maladie-veineuse.org)
www.maladie-veineuse.org

Ce que vous souhaitez savoir sur la maladie variqueuse
Dans ce site associé à une clinique parisienne, on explique bien les caractéristiques physiologiques des varices à l’aide de diverses animations. On y trouve aussi des données très détaillées sur les différentes interventions médicales.
www.clinique-mont-louis.fr

Recherche et rédaction : Marie-Michèle Mantha, M.Sc., et Françoise Ruby
Fiche mise à jour :
juin 2009
Source : http://www.passeportsante.net

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Bibliographie

American College of Phlebology. Patient Brochure – Phlebology : The Treatment of Leg Veins, American College of Phlebology. [Consulté le 4 juin 2009]. www.phlebology.org
Association Maladie Veineuse, France [Consulté le 4 juin 2009] www.maladie-veineuse.org
Association médicale canadienne. Grand public, Maladies – Varices, cma.ca. [Consulté le 4 juin 2009]. www.cma.ca
Badier-Commander C, Jacob MP, Michel JB. Le remodelage variqueux. Médecine thérapeutique, vol. 6, no 9, novembre 2000, p.718 à 723.
Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
Ernst E (Ed). Médecines alternatives – le guide critique, Elsevier, France, 2005.
Haute Autorité de Santé – Traitements des varices des membres inférieurs, Anaes. [Consulté le 4 juin 2009]. www.has-sante.fr
InteliHealth (Ed). Health A-Z – Varicose veins, Aetna Intelihealth. [Consulté le 4 juin 2009]. www.intelihealth.com
Les conseils de votre pharmacien. Les fiches InfoSanté – Cure thermale, Site officiel du thermalisme français. [Consulté le 4 jui 2009] www.france-thermale.org
Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Diseases & Conditions – Varicose veins, MayoClinic.com. [Consulté le 4 juin 2009]. www.mayoclinic.com
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté le 4 juin 2009]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Condition Center – Peripheral vascular disease, Nature Medicine Quality Standards. [Consulté le 4 juin 2009]. www.naturalstandard.com
Site officiel du thermalisme français [Consulté le 1er mai 2008] www.france-thermale.org
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Conditions – Varicose Veins, ConsumerLab.com. [Consulté le 4 juin 2009]. www.consumerlab.com
U.S. Department of Health and Human Services, Office on Women’s Health. Varicose veins and spider veins. [Consulté le 4 juin 2009]. www.4woman.gov

Notes

1. Pittler MH, Ernst E. Horse chestnut seed extract for chronic venous insufficiency. Cochrane Database Syst Rev. 2006 Jan 25;(1):CD003230. Review.
2. Suter A, Bommer S, Rechner J. Treatment of patients with venous insufficiency with fresh plant horse chestnut seed extract: a review of 5 clinical studies. Adv Ther. 2006 Jan-Feb;23(1):179-90.
3. Siebert U, Brach M, et al. Efficacy, routine effectiveness, and safety of horsechestnut seed extract in the treatment of chronic venous insufficiency. A meta-analysis of randomized controlled trials and large observational studies. Int Angiol 2002 Dec;21(4):305-15.
4. Poynard T, Valterio C. Meta-analysis of hydroxyethylrutosides in the treatment of chronic venous insufficiency.Vasa. 1994;23(3):244-50.
5. MacLennan WJ, Wilson J, et al. Hydroxyethylrutosides in elderly patients with chronic venous insufficiency: its efficacy and tolerability.Gerontology. 1994;40(1):45-52.
6. Incandela L, Belcaro G, et al. HR (Paroven, Venoruton; 0-(beta-hydroxyethyl)-rutosides) in venous hypertensive microangiopathy: a prospective, placebo-controlled, randomized trial.J Cardiovasc Pharmacol Ther. 2002 Jan;7 Suppl 1:S7-S10.
7. Petruzzellis V, Troccoli T, et al. Oxerutins (Venoruton): efficacy in chronic venous insufficiency–a double-blind, randomized, controlled study.Angiology. 2002 May-Jun;53(3):257-63.
8. Cesarone MR, Incandela L, et al. Treatment of edema and increased capillary filtration in venous hypertension with HR (Paroven, Venoruton; 0-(beta-hydroxyethyl)-rutosides): a clinical, prospective, placebo-controlled, randomized, dose-ranging trial.J Cardiovasc Pharmacol Ther. 2002 Jan;7 Suppl 1:S21-4.
9. Cesarone MR, Incandela L, et al. Variations in plasma free radicals in patients with venous hypertension with HR (Paroven, Venoruton; 0-(beta-hydroxyethyl)-rutosides): a clinical, prospective, placebo-controlled, randomized trial.J Cardiovasc Pharmacol Ther. 2002 Jan;7 Suppl 1:S25-8.
10. Frick RW. Three treatments for chronic venous insufficiency: escin, hydroxyethylrutoside, and Daflon.Angiology. 2000 Mar;51(3):197-205.
12. Unkauf M, Rehn D, et al. Investigation of the efficacy of oxerutins compared to placebo in patients with chronic venous insufficiency treated with compression stockings.Arzneimittelforschung. 1996 May;46(5):478-82.
13. Neumann HA, van den Broek MJ. A comparative clinical trial of graduated compression stockings and O-(beta-hydroxyethyl)-rutosides (HR) in the treatment of patients with chronic venous insufficiency.Z Lymphol. 1995 Aug;19(1):8-11.
14. Vanscheidt W, Rabe E, et al. The efficacy and safety of a coumarin-/troxerutin-combination (SB-LOT) in patients with chronic venous insufficiency: a double blind placebo-controlled randomised study.Vasa. 2002 Aug;31(3):185-90.
15. Riccioni C, Sarcinella R, et al. [Effectiveness of Troxerutin in association with Pycnogenol in the pharmacological treatment of venous insufficiency]. [Article en italien, résumé en anglais]. Minerva Cardioangiol. 2004 Feb;52(1):43-8.
17. Cesarone MR, Belcaro G, et al. Flight microangiopathy on long-haul flights: prevention of edema and microcirculation alterations with Venoruton.Clin Appl Thromb Hemost. 2003 Apr;9(2):109-14.
18. Cesarone MR, Belcaro G, et al. Flight microangiopathy in medium-to-long distance flights: prevention of edema and microcirculation alterations with HR (Paroven, Venoruton; 0-(beta-hydroxyethyl)-rutosides): a prospective, randomized, controlled trial.J Cardiovasc Pharmacol Ther. 2002 Jan;7 Suppl 1:S17-20.
19. Gouny AM, Horovitz D, et al. [Effectiveness and safety of hydroxyethyl-rutosides in the local treatment of symptoms of venous insufficiency during air travel]. J Mal Vasc. 1999 Jun;24(3):214-20.
20. Smith PC. Daflon 500 mg and venous leg ulcer: new results from a meta-analysis. Angiology. 2005 Sep-Oct;56 Suppl 1:S33-9.
21. Coleridge-Smith P, Lok C, Ramelet AA. Venous leg ulcer: a meta-analysis of adjunctive therapy with micronized purified flavonoid fraction. Eur J Vasc Endovasc Surg. 2005 Aug;30(2):198-208.
23. Katsenis K. Micronized purified flavonoid fraction (MPFF): a review of its pharmacological effects, therapeutic efficacy and benefits in the management of chronic venous insufficiency. Curr Vasc Pharmacol. 2005 Jan;3(1):1-9. Review.
24. Bergan JJ. Chronic venous insufficiency and the therapeutic effects of Daflon 500 mg. Angiology. 2005 Sep-Oct;56 Suppl 1:S21-4. Review.
25. Meshikhes AW. Micronized purified flavonoid fraction (MPFF): a review of its pharmacological effects, therapeutic efficacy and benefits in the management of chronic venous insufficiency. Curr Vasc Pharmacol. 2005 Jan;3(1):1-9. Review.
26 Anonyme. Monograph. Diosmin. Altern Med Rev. 2004 Sep;9(3):308-11. Review. Texte intégral : www.thorne.com
27. Tsukanov IuT, Tsukanov AIu. [Results of administering Phlebodia 600 in fertile women with orthostasis-dependent phlebopathy]. Angiol Sosud Khir. 2007;13(3):107-12. Russian.
28. Kirienko AI, Bogachev VIu, et al. [Semisynthetic Diosmin (Phlebodia 600) for therapy of lower limb chronic venous insufficiency]. Angiol Sosud Khir. 2006;12(2):73-5. Russian.
29. Pokrovskiĭ AV, Sapelkin SV. [Derivatives of semi-synthetic diosmine in the treatment of patients with chronic venous insufficiency. The results of a prospective study–using phlebodia 600]. Angiol Sosud Khir. 2005;11(4):73-9. Russian.
34. Boyle P, Diehm C, Robertson C. Meta-analysis of clinical trials of Cyclo 3 Fort in the treatment of chronic venous insufficiency.Int Angiol. 2003 Sep;22(3):250-62.
35. Lucker P, Jost V, et al. Efficacy and safety of ruscus extract compared to placebo in patients suffering from chronic venous insufficiency. Phytomedicine. 2000;7(suppl 2):P-155. Étude résumée dans : The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Butcher’s Broom, ConsumerLab.com. [Consulté le 1er mai 2008]. www.consumerlab.com
36. Vanscheidt W, Jost V, et al. Efficacy and safety of a Butcher’s broom preparation (Ruscus aculeatus L. extract) compared to placebo in patients suffering from chronic venous insufficiency. Arzneimittelforschung. 2002;52(4):243-50.
37. Cesarone MR, Belcaro G, et al. Rapid relief of signs/symptoms in chronic venous microangiopathy with pycnogenol: a prospective, controlled study. Angiology. 2006 Oct-Nov;57(5):569-76.
38. Petrassi C, Mastromarino A, Spartera C. PYCNOGENOL in chronic venous insufficiency. Phytomedicine. 2000 Oct;7(5):383-8.
39. Arcangeli P. Pycnogenol in chronic venous insufficiency. Fitoterapia. 2000 Jun;71(3):236-44.
40. Koch R. Comparative study of Venostasin and Pycnogenol in chronic venous insufficiency. Phytother Res. 2002 Mar;16 Suppl 1:S1-5.
41. Rohdewald P. A review of the French maritime pine bark extract (Pycnogenol), a herbal medication with a diverse clinical pharmacology. Int J Clin Pharmacol Ther. 2002 Apr;40(4):158-68. Review.
42. Cesarone MR, Belcaro G, et al. Prevention of edema in long flights with Pycnogenol. Clin Appl Thromb Hemost. 2005 Jul;11(3):289-94.
43. Belcaro G, Cesarone MR, et al. Prevention of venous thrombosis and thrombophlebitis in long-haul flights with pycnogenol. Clin Appl Thromb Hemost. 2004 Oct;10(4):373-7.
44. Henriet JP. Exemplary study for a phlebotropic substance, the EIVE Study [translated from French]. Fairfield, Conn: Primary Source; not dated. Étude mentionnée dans : The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Oligomeric Proanthocyanidins, ConsumerLab.com. [Consulté le 5 juin 2008]. www.consumerlab.com
45. Thebaut JF, Thebaut P, Vin F. Study of Endotelon W in functional manifestations of peripheral venous insufficiency [translated from French]. Gaz Med. 1985;92:96-100. Étude mentionnée dans : The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Oligomeric Proanthocyanidins, ConsumerLab.com. [Consulté le 5 juin 2008]. www.consumerlab.com
46. Delacroix P. Double-blind study of Endotelon W in chronic venous insufficiency [translated from French]. La Revue de Médecine. Aug/Sept.1981;no.27-28:1793- 1802. Étude mentionnée dans : The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Herbs & Supplements – Oligomeric Proanthocyanidins.
ConsumerLab.com
. [Consulté le Consulté le 5 juin 2008]. www.consumerlab.com
47. Butcher, M. A review of evidence on red vine leaf extract in the prevention and management of venous disease. J Wound Care. 2006 Oct;15(9):393-6. Review.
48. Kiesewetter H, Koscielny J, et al. Efficacy of orally administered extract of red vine leaf AS 195 (folia vitis viniferae) in chronic venous insufficiency (stages I-II). A randomized, double-blind, placebo-controlled trial.Arzneimittelforschung 2000 Feb;50(2):109-17.
49. Kalus U, Koscielny J, et al. Improvement of cutaneous microcirculation and oxygen supply in patients with chronic venous insufficiency by orally administered extract of red vine leaves AS 195: a randomised, double-blind, placebo-controlled, crossover study. Drugs R D. 2004;5(2):63-71.
50. Schaefer E, Peil H, et al. Oedema protective properties of the red vine leaf extract AS 195 (Folia vitis viniferae) in the treatment of chronic venous insufficiency. A 6-week observational clinical trial. Arzneimittelforschung. 2003;53(4):243-6.
51. Monsieur R, Van Snick G. [Efficacy of the red vine leaf extract AS 195 in Chronic Venous Insufficiency]. Schweiz Rundsch Med Prax. 2006 Jan 25;95(6):187-90. French.
52. Ramelet AA, Boisseau MR, et al. Veno-active drugs in the management of chronic venous disease. An international consensus statement: current medical position, prospective views and final resolution. Clin Hemorheol Microcirc. 2005;33(4):309-19. Review.
53. Incandela L, Belcaro G, et al. Total triterpenic fraction of Centella asiatica in the treatment of venous hypertension: a clinical, prospective, randomized trial using a combined microcirculatory model. Angiology 2001;52(10 suppl 2):S61-S67.
54. De Sanctis MT, Belcaro G, et al. Treatment of edema and increased capillary filtration in venous hypertension with total triterpenic fraction of Centella asiatica: a clinical, prospective, placebo-controlled, randomized, dose-ranging trial.Angiology, 2001 Oct;52 Suppl 2:S55-9.
55. Cesarone MR, Belcaro G, et al. Microcirculatory effects of total triterpenic fraction of Centella asiatica in chronic venous hypertension: measurement by laser Doppler, TcPO2-CO2, and leg volumetry.Angiology, 2001 Oct;52 Suppl 2:S45-8.
56. Cesarone MR, Laurora G, et al. [The microcirculatory activity of Centella asiatica in venous insufficiency. A double-blind study] [Article in Italian] Minerva Cardioangiol, 1994 Jun;42(6):299-304.
57. Pointel JP, et al. Titrated extract of Centella asiatica (TECA) in the treatment of venous insufficiency of the lower limbs.Angiol, 1987;38(1 Pt 1):46-50.
59. Ernst E, Saradeth T, Resch KL. A single blind randomized, controlled trial of hydrotherapy for varicose veins. Vasa 1991;20(2):147-52.
60. Saradeth T, Ernst E, Resch KL. Hydrotherapy for varisose veins – a randomized controlled trial. J Physical Med Rehabil 1993;3:123-4. Étude mentionnée dans : Ernst E (Ed). Médecines alternatives : le guide critique, Elsevier, 2005, p. 348.
61. Mancini S Jr, Piccinetti A, et al. Clinical, functional and quality of life changes after balneokinesis with sulphurous water in patients with varicose veins. Vasa. 2003 Feb;32(1):26-30

About these ads